L’homme-sand­wich a ga­gné son pa­ri

Aujourd'hui en France - - EN FRANCE - FRANCK LAGIER

IL S’EST DON­NÉ corps et âme pour trou­ver du tra­vail… Ha­billé du­rant une jour­née en homme-sand­wich dans le centre-ville de Li­moges (Haute-Vienne) Cé­dric So­li­gnac, in­gé­nieur com­mer­cial de 38 ans, a réus­si à trou­ver un bou­lot en moins d’une se­maine, là où ses dé­marches tra­di­tion­nelles avaient échoué du­rant près d’un an.

« Ce­la fai­sait dix mois que je cher­chais du tra­vail. J’avais ob­te­nu 4 en­tre­tiens à Tou­louse, Cler­mont, Pa­ris ou Bor­deaux mais au­cun dans ma ré­gion. J’étais ins­crit par­tout, à Pôle em­ploi, sur In­ter­net, sur les ré­seaux so­ciaux mais ça ne mar­chait pas. J’ai fi­na­le­ment dé­ci­dé de me vendre dans la rue. »

Un CDI dans sa ville

En­tou­ré de bal­lons gon­flables et d’une pan­carte « In­gé­nieur com­mer­cial ac­tuel­le­ment en solde. Der­nière dé­marque, il n’en reste plus qu’un », il re­cueille des di­zaines de con­tacts, dis­tri­bue son CV à tour de bras, passe 5 en­tre­tiens en l’es­pace de cinq jours et a fi­ni par dé­cro­cher le poste dont il rê­vait, un CDI dans sa ville.

« Je n’avais au­cun a prio­ri, je par­lais vrai­ment à tout le monde, les jeunes comme les an­ciens, en par­tant du prin­cipe que cha­cun pou­vait connaître un em­ployeur po­ten­tiel dans son en­tou­rage. J’ai été très éton­né des ré­ac­tions des gens dans la rue. Il y avait beau­coup de gé­né­ro­si­té à mon égard. Cer­tains m’ont même don­né de l’ar­gent. Et puis on m’a pro­po­sé plein de postes. »

Iro­nie de l’his­toire, la so­cié­té Es­cure Em­bal­lages qui vient de le re­cru­ter re­cher­chait ce type de profil de­puis dix mois mais n’était ja­mais tom­bé sur le CV du tren­te­naire. « C’est ça qui est in­croyable. A Pôle em­ploi, ja­mais l’in­for­ma­tique ne nous a mis en re­la­tion alors qu’on est dans la même ville ! L’in­for­ma­tique, c’est comme si nous étions dans une file d’at­tente avec des mil­liers de gens de­vant nous, es­time l’heu­reux élu. Il faut sor­tir la tête des ré­seaux so­ciaux et des sites In­ter­net spé­cia­li­sés. Il faut ar­rê­ter le vir­tuel, al­ler dans la rue à la ren­contre des gens, créer du lien. Il n’y a alors plus de li­mites. »

Cé­dric So­li­gnac at­ta­que­ra son bou­lot en sep­tembre et re­cherche un job d’été en août afin de payer son loyer. Il es­père aus­si que son his­toire se­ra utile. « La pre­mière fois que ce­la a été fait, c’était en 2001 à Pa­ris, à La Dé­fense. On voit que ça marche en­core… Mon exemple du fond de la cam­pagne li­mou­sine pour­ra, je l’es­père, ser­vir à d’autres. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.