« Le but des ter­ro­ristes, c’est de se­mer la zi­za­nie »

Un ha­bi­tant

Aujourd'hui en France - - LE FAIT DU JOUR - Saint-Etienne-du-Rou­vray (Seine-Ma­ri­time) De l’un de nos en­voyés spé­ciaux AN­THO­NY LIEURES, AVEC E.C.

DES HA­BI­TANTS QUI AP­PRENNENT peu à peu la nou­velle, aba­sour­dis. Ici, à SaintE­tienne-du-Rou­vray, per­sonne n’au­rait ima­gi­né un tel at­ten­tat. « C’est le père Jacques qui a été tué ? C’est hor­rible », s’ef­fondre une re­trai­tée de 78 ans qui ne peut re­ga­gner son pa­villon si­tué de l’autre cô­té du pé­ri­mètre de sé­cu­ri­té. Le centre-ville est dé­jà qua­drillé par les forces de l’ordre.

Dans cette ville po­pu­laire de 28 000 ha­bi­tants, po­sée en bord de Seine, on dé­couvre que c’est l’un des ha­bi­tants qui pour­rait être à l’ori­gine de l’at­taque dans l’église. « Je ne sais pas ce qui se passe dans la tête de ces gens, s’alarme Ah­med, 51 ans, qui ré­side là de­puis 1990. Le pro­blème, c’est que ce­la re­tombe sur les gens comme nous. Moi, je suis mu­sul­man, pra­ti­quant, et je n’ai pas du tout la même vi­sion de la re­li­gion ! » « Dé­sor­mais, même les pe­tites com­munes comme la nôtre ne sont plus à l’abri », s’ef­fare Mé­la­nie, 40 ans, ma­man de deux en­fants de 11 et 14 ans et ha­bi­tant ici de­puis tou­jours.

Plus loin, un jeune homme, la ving­taine, masque son vi­sage avec une ca­puche sur la tête. Il re­fuse de don­ner son pré­nom et se dit « mu­sul­man pra­ti­quant ». Il prie à la mos­quée Ya­hia, si­tuée à Saint-Etienne-du-Rou­vray, sur le pla­teau du Ma­drillet. Celle qu’au­rait pu fré­quen­ter Adel Ker­miche, l’un des au­teurs de l’at­ten­tat : « Il est ve­nu il y a deux mois, mais de­puis je ne l’ai plus re­vu », as­sure-t-il. Il ex­pli- que ren­con­trer ré­gu­liè­re­ment à la mos­quée des pré­di­ca­teurs qui viennent par­ler « du pro­phète » aux fi­dèles. « Il y a des gens qui viennent de Mont­pel­lier, du Havre… Ils es­saient de nous convaincre. » Mais lui n’a « ja­mais » été ten­té par un dé­part pour la Sy­rie.

Sur place, la mos­quée nie en bloc toute af­fi­lia­tion à une mou­vance ra­di­cale. « On ne peut pas maî­tri­ser tout ce qui se dit à l’ex­té­rieur de l’édi­fice, mais la pa­role qui compte, c’est celle de l’imam et ici, ce n’est pas un ex­tré­miste », as­sure Mo­ha­med Ka­ra­bi­la, le pré­sident du con­seil ré­gio­nal du culte mu­sul­man (CRCM), dont le siège est dans cette mos­quée. « Des sa­la­fistes, il y en a dans toutes les mos­quées de France, em­braye son ad­joint, Ali Er­ri­fi. Ici aus­si, mais ce­la n’em­pêche pas que la mos­quée est bien gé­rée. » Les deux hommes dé­crivent les bonnes re­la­tions avec l’église voi­sine, la deuxième de la com­mune, qui avait gra­cieu­se­ment cé­dé un ter­rain pour fa­ci­li­ter la construc­tion de la mos­quée. « La mos­quée n’est pas suf­fi­sam­ment grande pour ac­cueillir tout le monde lors de l’Aïd ou bien de grandes prières. Alors on prend le mi­cro et les fi­dèles vont de­vant l’église, qui nous prête son ter­rain », ra­conte Mo­ha­med Ka­ra­bi­la. Et d’in­di­quer que, ven­dre­di, la com­mu­nau­té mu­sul­mane sou­haite or­ga­ni­ser « une mi­nute de si­lence » de­vant l’édi­fice où a eu lieu l’at­ten­tat.

Dans le centre-ville, un re­trai­té es­time que l’at­taque crée­ra de nou­velles ten­sions entre les com­mu­nau­tés. « Ici, tout va em­pi­rer. Le but des ter­ro­ristes, c’est de créer la zi­za­nie entre nous. Vous avez vu les ré­sul­tats du Front na­tio­nal dans la com­mune ? » : le FN est ar­ri­vé en tête au 1er tour des ré­gio­nales, avec 28 %. Emu aux larmes, Hu­bert Wul­franc, maire (PC) de la ville, s’est briè­ve­ment ex­pri­mé en fin d’après­mi­di : « Soyons en­semble les der­niers à être de­bout contre la bar­ba­rie. » L’un de ses ad­joints se veut op­ti­miste : « Les liens entre les com­mu­nau­tés sont très forts, ils le se­ront en­core plus. »

Saint-Etienne-du-Rou­vray (Seine-Ma­ri­time), hier. Les ha­bi­tants de cette ville po­pu­laire de 28 000 ha­bi­tants se sont re­cueillis sur le par­vis de l’église.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.