Faut-il sé­cu­ri­ser 45 000 églises ?

Aujourd'hui en France - - LE FAIT DU JOUR - Le père Jean-Mi­chel Poi­rier, cu­ré de Mois­sac FL.M.

APRÈS LES AT­TEN­TATS du 13 No­vembre, deux fa­milles de fi­dèles avaient dé­jà dé­ser­té son église. « Blo­qués par la peur », ré­sume le père Jean-Mi­chel Poi­rier. Alors, le cu­ré de Mois­sac (Tarn-et-Ga­ronne) ne se fai­sait hier au­cune illu­sion : « Ce qui s’est pas­sé à Saint-Etien­ne­du-Rou­vray va ren­for­cer l’an­goisse de per­sonnes qui avaient dé­jà peur de ve­nir à la messe. Il va fal­loir les ras­su­rer, mais avec quels moyens ? »

Comme l’ab­ba­tiale Saint-Pierre de Mois­sac, la France abrite près de 45 000 églises et 4 000 temples pro­tes­tants. « On ne va pas se leur­rer, il est im­pos­sible de pro­té­ger toutes les églises. Les plus pe­tites sont les plus vul­né­rables car elles sont fa­ciles d’ac­cès », re­prend le cu­ré.

L’as­sas­si­nat du père Jacques Ha­mel a pour­tant fait s’éle­ver hier des voix exi­geant une meilleure pro­tec­tion des paroisses. « L’église est une cible, des rondes ré­gu­lières doivent avoir lieu mais ce­la ne se­ra pas pos­sible tant qu’une hausse si­gni­fi­ca­tive des ef­fec­tifs de po­lice ne se­ra pas en­fin dé­ci­dée », tance le dé­pu­té sou­ve­rai­niste Ni­co­las Du­pont-Ai­gnan.

Comme la plu­part des sy­na­gogues et de nom­breuses mos­quées, plu­sieurs di­zaines de lieux de culte ca- tho­lique, telles la ca­thé­drale No­treDame de Paris ou la ba­si­lique du Sa­cré-Coeur, font au­jourd’hui l’ob­jet d’une sé­cu­ri­sa­tion ren­for­cée.

Après l’at­ten­tat dé­joué contre l’église de Ville­juif (Val-de-Marne, l i re ci- contre), le gou­ver­ne­ment avait ap­pe­lé à la vi­gi­lance et à un ren­for­ce­ment de la sé­cu­ri­té. Voeu re­nou­ve­lé par le mi­nistre de l’In­té­rieur, Ber­nard Ca­ze­neuve, du­rant les messes de Noël. Dans une note, il in­ci­tait no­tam­ment à faire ou­vrir les man­teaux et les sacs. « Les yeux étaient tour­nés vers les ca­thé­drales et églises em­blé­ma­tiques. Per­sonne ne pou­vait pen­ser qu’une telle hor­reur ar­ri­ve­rait en pleine se­maine à Saint-Etienne-du-Rou­vray », re­con­naît, ému, Pas­cal De­lan­noy, l’évêque de Saint-De­nis.

A l’en­trée de « sa » ba­si­lique, deux vi­giles sont dé­sor­mais pos­tés. « Ils sont là de­puis les at­ten­tats de no­vembre et passent sur les ha­bits des per­sonnes qui entrent dans l’édi­fice un dé­tec­teur de mé­taux. Nous avons éga­le­ment condam­né un ac­cès qui n’était pas as­sez sé­cu­ri­sé, dé­taille le pré­lat. Mais, for­cé­ment, les pa­rois- siens vont y pen­ser. De même qu’ils y songent en pre­nant le mé­tro, au mar­ché ou au ca­fé. La sé­cu­ri­té ab­so­lue n’existe pas : n’im­porte quel ex­tré­miste peut en­trer au­jourd’hui dans n’im­porte quelle église. A ce­la, il faut op­po­ser notre foi et se mon­trer tou­jours plus unis. »

Mgr De­lan­noy ne cache pas son em­bar­ras face au fil­trage dans les lieux de culte. « Ce­la va à l’en­contre même de notre foi chré­tienne qui dit que nos églises doivent être ou­vertes. Y voir des po­li­ciers n’est pas na­tu­rel, même si je conçois que dans le contexte qui est le nôtre, c’est né­ces­saire. »

A Mois­sac, on joue sur la « dé­brouille » pour or­ga­ni­ser cette sé­cu­ri­té. « On a re­non­cé à faire une veillée de prières après Nice de peur d’être une cible. Un pa­rois­sien, qui se trouve être com­man­dant de ré­gi­ment, nous a dis­til­lé des conseils pra­tiques en cas d’at­taque », dé­crypte Jean-Mi­chel Poi­rier. Des fi­dèles, as­sure le prêtre, se sont même for­més à re­pé­rer des com­por­te­ments in­ha­bi­tuels. « C’est une ma­nière pour eux de ve­nir plus se­rei­ne­ment. »

« Un pa­rois­sien, qui se trouve être com­man­dant de ré­gi­ment, nous a dis­til­lé des conseils pra­tiques »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.