« On est tou­chés au plus in­time de notre foi »

Père Vincent Fe­rol­di,

Aujourd'hui en France - - LE FAIT DU JOUR - Pro­pos re­cueillis par VINCENT MONGAILLARD

LE PÈRE VINCENT FE­ROL­DI, his­to­rien de for­ma­tion et prêtre de­puis 1977, est di­rec­teur du Ser­vice na­tio­nal pour les re­la­tions avec les mu­sul­mans, l’ins­tance de dia­logue de l’Eglise de France avec l’is­lam. Qu’avez-vous res­sen­ti à l’an­nonce de l’at­taque san­glante dans l’église de Saint-Etienne-du­Rou­vray ? PÈRE VINCENT FE­ROL­DI. De la si­dé­ra­tion et de la tris­tesse. C’est un as­sas­si­nat hor­rible. Ces der­niers j ours, j ’ é t ai s per s on­nell e - ment très in­quiet face à la mon­tée en puis­sance de Daech qui met en oeuvre ce qu’il écrit. J’étais avec un imam de la ban­lieue pa­ri­sienne quand j’ai ap­pris la nou­velle. On s’est alors re­cueillis, on a été unis par la prière et les pen­sées pour les vic­times. Juste avant, nous étions en train de rendre grâce pour les jo­lies choses que nous avons construites en­semble, no­tam­ment les fo­rums is­la­mo-chré­tiens. Com­ment les ca­tho­liques per­çoivent-ils cet acte de bar­ba­rie ? On est tou­chés au plus in­time de notre foi et de la vie en Eglise. La haine a frap­pé le jour de la Sainte-Anne, mère de la Vierge Ma­rie, dans un lieu dé­voué à la prière. C’était lors de la messe quo­ti­dienne, la forme de prière la plus im­por­tante puisque c’est l’eu­cha­ris­tie, qui est pour nous un sa­cre­ment. Mais plus lar­ge­ment, ce sont tous les croyants, et pas seule­ment les ca­tho­liques, qui sont pro­fon­dé­ment af­fec­tés, parce qu’on a vi­sé un double sym­bole. Dans la foi chré­tienne, l’église est la mai­son de Dieu et le coeur de l’homme est la de­meure de Dieu. As­sas­si­ner des per­sonnes, c’est tou­cher di­rec­te­ment Dieu et son oeuvre, et en­core plus quand ce­la at­teint des hommes et des femmes qui ont consa­cré leur vie à Jé­sus et au ser­vice des hommes. Quel mes­sage adres­sez-vous aux mu­sul­mans ? De la com­pas­sion pour tous ces croyants mu­sul­mans qui té­moignent d’une fra­ter­ni­té et d’une so­li­da­ri­té avec les autres, et ils sont très nom­breux. A Bag­dad, à Ka­boul, eux-mêmes sont vic­times des at­ten­tats. Eux­mêmes vont être en­core plus stig­ma­ti­sés. Puis­sions­nous en­semble oeu­vrer pour faire re­cu­ler ce ter­ro­risme. L’ob­jec­tif de Daech, c’est de di­vi­ser et de nous op­po­ser. La plus belle ré­ponse que nous pou­vons of­frir, c’est de s’unir. Que dites-vous à vos fi­dèles qui se­raient ten­tés de mon­trer du doigt l’is­lam ? On doit faire preuve avec eux de pé­da­go­gie, d’in­for­ma­tion. Il faut ren­trer dans la com­plexi­té de notre temps et de l’is­lam qui pré­sente une diversité de pra­tiques. Celle qui fait la une au­jourd’hui est un cou­rant ex­trê­me­ment mi­no­ri­taire. Nos fois nous poussent à té­moi­gner de la vie et de l’es­pé­rance. Notre rai­son nous per­met de ré­flé­chir, d’ana­ly­ser, d’agir sur les causes de tels drames. Que faire pour com­battre cette haine is­la­miste dans l’Hexa­gone ? Don­ner du sens à la vie de nos contem­po­rains. Si des h o mmes e t d e s femmes en ar­rivent à des actes aus­si odieux, c’est qu’ils n’ont pas trou­vé d’autres che­mins don­nant du sens à leur vie. Cette mis­sion in­combe à tous les croyants de toutes con­fes­sions : c’est à eux de s’in­ves­tir. Dans l’im­mé­dia­te­té, ils doivent prier. Mais très ra­pi­de­ment, il faut se ren­con­trer, se mé­lan­ger, être en­semble, ré­flé­chir à des ac­tions de so­li­da­ri­té. Je leur dis : « Dé­pas­sez vos peurs, par­lez-vous les uns les autres, mais sur­tout ne vous re­pliez pas sur vous­mêmes ! » L’Eglise de France doit-elle da­van­tage s’en­ga­ger dans les quar­tiers ? Oui. Notre dé­sir, c’est d’être ac­teur au coeur du quo­ti­dien, en par­ti­cu­lier dans nos ci­tés. Il est im­por­tant de vivre des mo­ments de paix et de fra­ter­ni­té tout en ren­dant compte hum­ble­ment de notre foi afin de ne pas perdre es­poir en ces heures dra­ma­tiques et de croire tou­jours en un monde meilleur.

« La haine a frap­pé le jour de la Sainte-Anne, mère de la Vierge Ma­rie » « L’ob­jec­tif de Daech, c’est de di­vi­ser et de nous op­po­ser »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.