La France veut frap­per Daech au coeur

Aujourd'hui en France - - LE FAIT DU JOUR - FRÉ­DÉ­RIC GERSCHEL

UNE NOU­VELLE FOIS, les res­pon­sables po­li­tiques se­ront réunis ce ma­tin à l’Ely­sée au­tour de Fran­çois Hol­lande pour un Con­seil de sé­cu­ri­té et de dé­fense. De­puis quelques mois, on ne compte plus le nombre de ces ren­dez-vous res­treints et confi­den­tiels où se dé­cide la po­li­tique de la France, signe que la si­tua­tion est ju­gée ex­trê­me­ment pré­oc­cu­pante.

Sur le plan ex­té­rieur, pas ques­tion de re­mettre en cause les prin­cipes d’une par­ti­ci­pa­tion fran­çaise à la coa­li­tion an­ti-EI. Au contraire, le chef de l’Etat de­vrait confir­mer que la France va mus­cler son dis­po­si­tif mi­li­taire en Sy­rie et en Irak dans les toutes pro­chaines se­maines. Avec une ligne de conduite très claire : conti­nuer à frap­per Daech au coeur de son dis­po­si­tif pour di­mi­nuer sa ca­pa­ci­té de nui­sance… même si une dé­faite mi­li­taire ne si­gni­fie­ra pas la fin du ter­ro­risme.

Des ca­nons bien­tôt li­vrés à l’ar­mée ira­kienne

« Plus nous lais­sons l’EI conso­li­der sa pré­sence au Moyen-Orient, plus il en­grange des moyens fi­nan­ciers, at­tire des com­bat­tants et pla­ni­fie des at­taques contre nous », a théo­ri­sé Jean-Yves Le Drian, la se­maine der­nière à Wa­shing­ton, de­vant ses in­ter­lo­cu­teurs amé­ri­cains.

Comme pré­vu, Paris en­ver­ra dans le cou­rant du mois d’août des bat­te­ries d’ar­tille­rie à Bag­dad — des ca­nons puis­sants et pré­cis— pour épau­ler l’ar­mée ira­kienne dans son of­fen­sive sur Mos­soul. Quant au porte-avions « Char­lesde-Gaulle », il re­join­dra la ré­gion en sep­tembre. La re­con­quête de la deuxième ville ira­kienne — aux mains des dji­ha­distes de­puis l’été 2014 — de­vrait dé­mar­rer d’ici la fin de l’an­née. La coa­li­tion pour­rait en­suite s’at­ta­quer à Ra­q­qa, en Sy­rie, l’autre centre né­vral­gique et sym­bo­lique du « ca­li­fat » au­to­pro­cla­mé.

En at­ten­dant, les combats se concentrent ac­tuel­le­ment au­tour de la ville de Man­bij, dans le nord de la Sy­rie, une lo­ca­li­té d’en­vi­ron 1 00 000 ha­bi­tants c on­si­dé­rée comme un car­re­four ter­ro­riste par les ser­vices de ren­sei­gne­ment. C’est no­tam­ment par là qu’a tran­si­té une par­tie des membres du com­man­do qui a at­ta­qué le Ba­ta- clan et les ter­rasses pa­ri­siennes en no­vembre 2 015. Pi l on­née par l’avia­tion de la coa­li­tion et en­cer­clée par les forces kurdes, Man­bij pour­rait être re­prise à l’EI dans les jours ou les se­maines qui viennent, se­lon les ex­perts mi­li­taires. Ce qui consti­tue­rait un nou­veau re­cul pour Daech, car la route vers la Tur­quie — dont la fron­tière avec la Sy­rie est en­core un point de pas­sage pour les dji­ha­distes — se­rait alors dé­fi­ni­ti­ve­ment cou­pée. @fger­schel

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.