Viens voir les ma­gi­ciens

« INSAISISSABLES 2 ». Quatre il­lu­sion­nistes, gent­le­men cam­brio­leurs, avaient réus­si un tour de force en 2013 au box-of­fice avec « Insaisissables », ils re­viennent pour de nou­velles aven­tures. Le cas­ting est ma­gique.

Aujourd'hui en France - - LES SORTIES AU CINÉMA - T.D. THIER­RY DAGUE

MAIS QU’ONT-ILS de si ma­gique ? Par quel tour de passe-passe les mys­té­rieux Insaisissables, une bande de pres­ti­di­gi­ta­teurs sur­doués mais mé­con­nus, ont-ils fait main basse sur le box-of­fice mon­dial en 2013, au point de sor­tir de leur cha­peau une suite à gros bud­get, lan­cée au­jourd’hui sur les écrans fran­çais ? Dé­cryp­tage de ces su­per­hé­ros pas comme les autres.

Des sor­ciers du box-of­fice. Contre toutes les règles de Hol­ly­wood, qui mise sur des fran­chises dé­jà connues (« Star Trek », « Su­per­man »…), « Insaisissables » in­vente des hé­ros in­édits, sans cape ni vais­seau spa­tial. Et rafle à la surprise gé­né­rale 350 M$ (en­vi­ron 318 M€) de re­cettes dans le monde pen­dant l’été 2013. En France, le film at­tire 3 mil­lions de spec­ta­teurs.

Des Ro­bin des Bois de l’illu­sion­nisme. Pro­fes­sion : ma­gi­ciens, mais sans cos­tard à paillettes ni po­tiche en jus­tau­corps. Jeunes, ma­lins, mo­dernes, les Quatre Ca­va­liers, qui réunissent un illu­sion­niste, son an­cienne as­sis­tante, un pres­ti­di­gi­ta­teur et un men­ta­liste, uti­lisent la tech­no­lo­gie et la vi­déo pour créer des tours spec­ta­cu­laires. Ils braquent une banque à dis­tance pour re­dis­tri­buer l’ar­gent à leur pu­blic ou dé­pouillent un as­su­reur qui n’avait pas in­dem­ni­sé les vic­times d’un ou­ra­gan. Des jus­ti­ciers de l’es­broufe, tra­qués par le FBI mais adu­lés par les foules. « Insaisissables » dé­pous­sière la ma­gie, la rend sexy et bien­fai­trice.

Des al­chi­mistes du cas­ting. Va­leurs mon­tantes (Jesse Ei­sen­berg, Dave Fran­co), stars de moyenne ca­té­go­rie (Mark Ruf­fa­lo, Woo­dy Har­rel­son), vieux bris­cards ( Mi­chael Caine, Mor­gan Free­man)… en mixant les gé­né­ra­tions et les de­grés de no­to­rié­té, « Insaisissables » crée une af­fiche à la­quelle cha­cun peut s’iden­ti­fier. Une po­tion dont les nou­veaux in­gré­dients puce qui lui per­met­trait de pi­ra­ter tous les or­di­na­teurs de la pla­nète. Les fans du pre­mier « Insaisissables » en re­trou­ve­ront tous les in­gré­dients : hu­mour, tours spec­ta­cu­laires, re­tour­ne­ments de si­tua­tion. Avec en prime de l’exo­tisme — la moi­tié du film se passe à Ma­cao — et des ré­vé­la­tions. Pas grand-chose de nou­veau sous le cha­peau, mais le tour de passe-passe s’avère tou­jours aus­si dis­trayant. s’ap­pellent Da­niel Rad­cliffe, qui s’y c o nnaî t e n s o r c e l l e r i e de pui s « Har­ry Pot­ter », et la pé­tu­lante Liz­zy Ca­plan, de la sé­rie « Mas­ters of Sex ».

Des as des ef­fets de manche. Pas de dé­bauche d’ef­fets spé­ciaux : Louis Le­ter­rier, réa­li­sa­teur (fran­çais) du pre­mier vo­let, de­mande à ses ac­teurs d’ap­prendre à réel­le­ment ma­nier les cartes. Les tours, en­ca­drés pen­dant le tour­nage par de vrais ma­gi­ciens, sont bluf­fants. Aux com­mandes d’« Insaisissables 2 », John Chu re­prend les mêmes sor­ti­lèges.

Sor­tie en juin aux Etats-Unis, en Chine et dans plu­sieurs autres pays, cette suite a dé­jà ré­col­té 283 M$. De quoi as­su­rer un troi­sième opus.

Une suite qui fait illu­sion

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.