Saint-Etienne pleure son prêtre

Aujourd'hui en France - - LE FAIT DU JOUR - Saint-Etienne-du-Rou­vray N.J.

UNE FI­GURE CONNUE, re­con­nue, dont la mé­moire est en­cen­sée de­puis la nou­velle de son as­sas­si­nat, mar­di ma­tin, et le se­ra à nou­veau cet après-mi­di au cours de cé­ré­mo­nies or­ga­ni­sées par la ville. La marche blanche pré­vue, elle, a été an­nu­lée hier soir par la pré­fec­ture pour des rai­sons de sé­cu­ri­té. De­puis qua­rante-huit heures, les hom­mages au père Jacques Ha­mel se suc­cèdent. Pa­ra­doxa­le­ment pas tant de­vant son église, tou­jours gar­dée par la po­lice, que de­vant le pres­by­tère et la mai­rie com­mu­niste de la ville, où un re­gistre de condo­léances a été ou­vert.

« A notre prêtre, avec qui nous avons par­ta­gé toutes les étapes ca­tho­liques de notre en­fant », a écrit une mère de fa­mille. Tout le monde pleure « un homme bien, un bon cu­ré qui di­sait bien la messe, glisse Fran­ces­co* dont la soeur est se­cré­taire de la pa­roisse. Au mo­ment du drame, elle se trou­vait dans l’autre église, Sainte-Thé­rèse. C’est elle qui m’a ap­pris la nou­velle. Un choc. » « Tout le monde le connais­sait ici, ré­sume Do­san­tos, un pa­rois­sien. Il a en­ter­ré mon frère il y a deux ans, bap­ti­sé ma pe­tite-fille. »

« Une fi­gure de la ville, re­prend Patrick. Tout le monde le pleure, in­dé­pen­dam­ment de sa pra­tique ou de sa confes­sion. C’était obli­gé d’avoir un lien af­fec­tif avec lui, tel­le­ment il était sym­pa. Il va nous man­quer. » De nom­breux fi­dèles mu­sul­mans disent la même chose. « Nos frères et soeurs chré­tiens dans la dou­leur. Les as­so­cia­tions mu­sul­manes de France », pro­clame une im­po­sante cou­ronne de fleurs face à l’église. « Il ne par­lait que de paix, de joie, de vivre en­semble », se sou­vient Ali, « de­puis qua­rante-six ans à Saint-Etienne. » Les larmes aux yeux, Avri­no, un fi­dèle, s’en veut de n’avoir rien an­ti­ci­pé lorsque, « mar­di ma­tin après 9 h 30 », il a vu « de dos, un jeune vê­tu de bleu ren­trer dans l’église par l’ar­rière. Ce n’est qu’après avoir ap­pris la nou­velle que j’ai fait le lien… » * Le pré­nom a été mo­di­fié.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.