Un film choc sur la dé­tresse des pa­rents

Aujourd'hui en France - - LE FAIT DU JOUR - YVES JAEGLÉ

« Ne m’aban­donne pas », pre­mier téléfilm fran­çais sur des pa­rents qui cherchent à sauver leur fille du dji­had, a réuni plus de 5 mil­lions de té­lé­spec­ta­teurs le 13 fé­vrier sur France 2. De­puis, Xa­vier Dur­rin­ger, réa­li­sa­teur de ce ré­cit choc conti­nue de pré­sen­ter son film, dans des ly­cées ou des as­so­cia­tions, comme à Bo­bi­gny face à des pa­rents de jeunes ra­di­ca­li­sés. « Une mère m’a dit que, si elle avait vu ce film avant, son fils ne se­rait pas mort en Sy­rie… Il est très dif­fi­cile de re­pé­rer la ra­di­ca­li­sa­tion express d’un ado qui ferme sa porte et se connecte à In­ter­net », confie le réa­li­sa­teur. Que faire ? « Des spor­tifs, des ar­tistes, de toutes confes­sions ou tra­di­tions, doivent par­ler, dé­pas­ser la peur. Il faut dé­battre des re­li­gions, des tra­di­tions, de la laï­ci­té qui n’est pas la mé­con­nais­sance des autres. La France est un pays ex­tra­or­di­naire dans sa diversité, sa li­ber­té. » Le ci­néaste de 52 ans ra­conte en­fin un sou­ve­nir qui le trouble : « J’ai gran­di au Vald’Ar­gen­teuil, avec mes potes por­tu­gais qui sor­taient le maillot du Por­tu­gal au moindre match, même contre la France. Les fils d’Ita­liens, pa­reil. Ça ne po­sait ja­mais au­cun pro­blème. Pour­quoi les Fran­çais sont-ils cho­qués quand des jeunes portent le maillot de l’équipe d’Al­gé­rie dans la rue ? Les mu­sul­mans, c’est tou­jours eux. Comme s’ils n’étaient pas comme nous. On ne parle pas de l’his­toire, de la guerre d’Al­gé­rie, des liens entre les re­li­gions. Cette gé­né­ra­tion, c’est comme si on avait cou­pé les ra­cines des arbres et qu’on at­ten­dait des fruits. »

« Ne m’aban­donne pas » montre une fa­mille confron­tée à la ra­di­ca­li­sa­tion.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.