A chan­gé ma vie »

Enorme tube de l’an­née 1977, la chan­son de Laurent Voul­zy s’ap­pe­lait à l’ori­gine « Thril­ler » ! Mais grâce à l’aide d’Alain Sou­chon, elle a pris la forme qu’on lui connaît au­jourd’hui.

Aujourd'hui en France - - VOTRE SOIRÉE TÉLÉVISION - Laurent Voul­zy EM­MA­NUEL MAROLLE

« RO­CKOL­LEC­TION » a eu plu­sieurs vies. Une très connue ; d’autres, beau­coup moins. Avant de de­ve­nir le phé­no­mène de l’an­née 1977, la chan­son de Laurent Voul­zy s’est même ap­pe­lée « Thril­ler ». « J’avais com­po­sé la mu­sique trois ans avant, ra­conte le chan­teur. C’était pour une fête entre amis au Per­reux. J’avais écrit trois cou­plets. J’évo­quais quelques sou­ve­nirs d’en­fance. En­suite, à l’époque je pro­dui­sais une chan­teuse amé­ri­caine qui s’ap­pe­lait Ann C. She­ri­dan. J’ai re­pris cette mé­lo­die pour elle dans une chan­son qui s’ap­pe­lait donc Thril­ler. Cette fille a tra­vaillé le mor­ceau et a en­re­gis­tré une pre­mière ver­sion qui n’est ja­mais sor­tie. »

Il faut at­tendre 1976 pour que « Ro­ckol­lec­tion » prenne forme. « Le concept de la chan­son m’est ve­nu en voi­ture sur l’au­to­route : ra­con­ter mes sou­ve­nirs illus­trés par les tubes an­glo-saxons de l’époque. » A ce mo­ment-là, le gui­ta­riste n’est pas connu comme chan­teur, mais comme com­po­si­teur. Il vient d’en­ta­mer une col­la­bo­ra­tion avec un cer­tain Alain Sou­chon. Mais, dans un pre­mier temps, Voul­zy écrit seul le tex- te de « Ro­ckol­lec­tion » et le laisse re­po­ser un an dans un ti­roir avant de le sou­mettre à son nou­veau com­plice. « C’était pas ex­tra­or­di­naire, se sou­vient Sou­chon. Ça ne m’ a p a s b e a u c o u p plu. Ça pou­vait être mieux. Laurent m’a dit : OK, vas-y, fais autre chose. »

Les pre­miers mots ar­rivent très vite, no­tam­ment ce fa­meux « on a tous dans l’coeur ». « J’ai écrit ça ra­pi­de­ment parce que c’était nou­veau pour moi, pour­suit l’au­teur. A ce mo­ment-là, j’étais ren­fer­mé, j’ai­mais la poé­sie, et Laurent, lui, était dans la gaie­té, les tubes de l’été, l’idée de re­tra­cer une vie ado­les­cente. » C’est aus­si Sou­chon qui trouve le titre. En­fin, presque. « Alain l’avait bap­ti­sée Re­col­lec­tion, sou­ve­nir en an­glais. En­suite, un édi­teur à qui je l’ai fait écou­ter m’a dit : Mais pour­quoi vous ne l’ap­pe­lez pas Ro­ckol­lec­tion ? »

« Ro­ckol­lec­tion » sort le 1er avril 1977, et en­chante tout le monde. « La pre­mière fois que je l’ai en­ten­due, c’était sur FIP, je crois. L’ani­ma­teur a dit : On va vous pas­ser ce qui se­ra sans doute le tube de l’été. Un peu plus tard, Ju­lie, la voix my­thique d’Eu­rope 1, a dé­cla­ré à l’an­tenne après avoir dif­fu­sé la chan­son : On l’aime tel­le­ment qu’on vous la re­passe tout de suite ! Je n’en re­ve­nais pas. »

« Mon 45 tours pré­cé­dent s’était ven­du à 545 exem­plaires et, là, on en avait ven­du 92 000 en une ma­ti­née, puis 1,5 mil­lion en quelques mois, et sans doute 3 ou 4 mil­lions au to­tal. J’étais nu­mé­ro un en Es­pagne, en Ita­lie, en Ar­gen­tine. Je conti­nuais à vivre nor­ma­le­ment et, en même temps, on com­men­çait à me re­con­naître. Le pre­mier à m’avoir dit vous êtes un chan­teur, vous, ça a été un doua­nier belge. » Voul­zy et Sou­chon de­viennent des stars, gagnent beau­coup d’ar­gent, mais n’en voient pas la

c cou­leur tout de suite. « Les droits d’au­teur ont été blo­qués pen­dant trois ans. Mon la­bel n’avait pas de­man­dé les au­to­ri­sa­tions pour uti­li­ser les re­prises des Beach Boys, des Beatles ou des Rol­ling Stones. On a fi­ni par payer un dé­dom­ma­ge­ment. »

Presque qua­rante ans après, « Ro­ckol­lec­tion » conti­nue à rap­por­ter à ses au­teurs et à faire vi­brer leurs fans. « On la chante ac­tuel­le­ment lors de notre tour­née com­mune. C’est la pre­mière fois que je l’in­ter­prète en concert, et, à ce mo­ment-là, vous voyez tous les gens hur­ler, ta­per des mains, c’est dingue », ex­plique Alain Sou­chon. « Cette chan­son a chan­gé ma vie, et elle est im­por­tante pour le pu­blic », conclut Laurent Voul­zy.

« Mon la­bel n’avait pas de­man­dé les au­to­ri­sa­tions pour uti­li­ser les re­prises des Beach Boys, des Beatles ou des Rol­ling Stones »

@ema­rolle Laurent Voul­zy et Alain Sou­chon en concert sa­me­di aux Nuits Secrètes à Aul­noye-Ay­me­ries (59), le 9 août à la Foire aux vins de Col­mar (68), le 26 à Bréal-sous-Mont­fort (35), le 2 sep­tembre à Châ­lons-en-Cham­pagne (51), le 11 à la Fê­teê de l’Hu­ma­ni­té à La Cour­neuve (93). * Seule­ment les 2 pre­miers cou­plets On a tous dans l’coeur une pe­tite f fille ou­bliée U Une jupe p plis­sée q queue d’che­val à la sor­tie du ly­cée O On a tous dans l’coeur un mor­ceau d de fer­raille usée U Un vieux scoo­ter de rêve p pour faire le cirque dans le quar­tier E Et la p’tite fille chan­tait E Et la p’tite fille chan­tait U Un truc qui m’colle en­core au coeur et a au corps (« Lo­co­mo­tion ») On a tous dans l’coeur le ti­cket pour Li­ver­pool Sor­tie de scène hé­li­co­ptère pour échap­per à la foule Ex­cuse-me Sir mais j’en­tends plus Big Ben qui sonne Les sca­ra­bées bour­donnent c’est la fo­lie à Lon­don Et les Beatles chan­taient Et les Beatles chan­taient Un truc qui m’colle’en­core au coeur et au corps (« A Hard Day’s Night »)

(en bas).

Août 1977. Alors que « Ro­ckol­lec­tion » est le tube e de l’été, , Voul­zy voya­gee à New York k (à droite) puis prend des va­can­cess à Deau­villee

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.