La ré­serve fait un ta­bac

SÉ­CU­RI­TÉ. Fran­çois Hol­lande a of­fi­cia­li­sé hier la cons­ti­tu­tion d’une garde na­tio­nale. Elle réuni­ra les ré­serves opé­ra­tion­nelles, qui sus­citent l’en­goue­ment de­puis quelques jours.

Aujourd'hui en France - - POLITIQUE - FRÉ­DÉ­RIC GERSCHEL

EN AVANT, MARCHE ! Po­li­tiques, jour­na­listes, syn­di­ca­listes, pro­fes­seurs ou simples ci­toyens, les de­mandes de ren­sei­gne­ments pour adhé­rer aux dif­fé­rentes ré­serves pro­po­sées par le gou­ver­ne­ment sont en train de connaître un pic in­édit de­puis les der­niers at­ten­tats et no­tam­ment l’as­sas­si­nat du prêtre Jacques Ha­mel à Saint-Etienne-duRou­vray. Sur les ré­seaux so­ciaux, en par­ti­cu­lier Fa­ce­book, cer­tains in­ter­nautes n’hé­sitent plus à pos­ter des pho­tos de leurs for­mu­laires d’ins­crip­tion, comme pour in­ci­ter leurs « amis » à faire de même. Tan­dis que les coups de fil de vo­lon­taires se mul­ti­plient. « On sent un en­goue­ment nou­veau, les gens sont très re­mon­tés et veulent se rendre utiles », confirme un of­fi­cier de l’ar­mée de terre, même si le phé­no­mène est dif­fi­cile à quan­ti­fier pré­ci­sé­ment. At­ten­tion tou­te­fois, même si Fran­çois Hol­lande a re­lan­cé hier son idée de la créa­tion d’une garde na­tio­nale re­grou­pant toutes les bonnes vo­lon­tés sous un la­bel unique, il n’existe pas en­core de por­tail com­mun pour en­tre­prendre les dé­marches. Adhé­rer à une ré­serve re­lève par­fois du par­cours du com­bat­tant. Car les choix sont mul­tiples.

Dans l’ar­mée

Elle compte ac­tuel­le­ment 28 000 sol­dats et pas­se­ra à 40 000 fin 2018. Pour pos­tu­ler, il faut s’adres­ser au centre de re­cru­te­ment d’une des trois ar­mées (air, terre ou ma­rine). « Il y a un vé­ri­table élan en ce mo­ment, mais les can­di­dats se­ront soi­gneu­se­ment sé­lec­tion­nés. On ne peut évi­dem­ment pas confier un fu­sil d’as­saut à n’im­porte qui », pré­cise-t-on au mi­nis­tère de la Dé­fense. Condi­tions à rem­plir : avoir plus de 17 ans et moins de 35, réus­sir un en­tre­tien et des tests de sé­lec­tion. Un grade est at­tri­bué à la nou­velle re­crue en fonc­tion de son ni­veau d’études, une for­ma­tion mi­li­taire est dis­pen­sée (ma­nie- ment des armes, sport, se­cou­risme) et les ré­ser­vistes sont convo­qués en fonc­tion des be­soins, sur une pé­riode d’en­vi­ron trente jours par an. Ac­tuel­le­ment, ils peuvent par­ti­ci­per à toutes sortes de mis­sions comme des pa­trouilles dans le cadre du dis­po­si­tif Sen­ti­nelle ou la sur­veillance de sites sen­sibles.

Dans la gen­dar­me­rie et la po­lice

Elles dé­pendent cette fois du mi­nis­tère de l’In­té­rieur et fonc­tionnent se­lon un sys­tème si­mi­laire à ce­lui des ar­mées. Là en­core, les de­mandes ont af­flué ces der­niers jours. La gen­dar­me­rie est de loin le vi­vier le plus im­por­tant avec une ré­serve opé­ra­tion­nelle de ni­veau 1 (contrat d’en­ga­ge­ment d’un à cinq ans) de 25 000 vo­lon­taires et une de ni­veau 2 (obli­ga­tion de dis­po­ni­bi­li­té de cinq ans) en­glo­bant 28 000 an- ciens mi­li­taires d’ac­tive mo­bi­li­sables pen­dant cinq ans en cas de crise grave. En­vi­ron 10 000 hommes sup­plé­men­taires se­ront re­cru­tés dans les mois qui viennent. Plus mo­deste, la ré­serve opé­ra­tion­nelle de la po­lice ne compte que 3 000 vo­lon­taires. Elle était jus­qu’ici com­po­sée ex­clu­si­ve­ment de po­li­ciers re­trai­tés mais se­ra dé­sor­mais ac­ces­sible à tous les ci­toyens âgés de 18 à 65 ans. Les ré­ser­vistes de la po­lice ne sont pas ar­més, contrai­re­ment aux mi­li­taires.

Dans la ré­serve ci­toyenne

Pour ceux qui sou­haitent s’en­ga­ger mais ne ré­pondent pas aux cri­tères re­te­nus (l’âge no­tam­ment) ou ne veulent pas s’in­ves­tir dé­me­su­ré­ment, il y a en­core la pos­si­bi­li­té d’adhé­rer à une for­mule plus souple, celle de la ré­serve ci­toyenne. Il s’agit de don­ner un peu de son temps en par­ti­ci­pant, par exemple, à des ac­tions de sen­si­bi­li­sa­tion à l’école ou dans le monde de l’en­tre­prise sur le rôle des forces ar­mées. Cer­taines mis­sions sont plus spé­ci­fiques. Le mi­nis­tère de la Dé­fense a ain­si créé une branche cy­ber pour re­cru­ter 4 000 étu­diants ou spé­cia­listes de l’in­for­ma­tique.

Hier, Fran­çois Hol­lande a donc pro­mis que la garde na­tio­nale cha­peau­te­rait toutes les ré­serves exis­tantes — uti­li­sées no­tam­ment cet été pour sé­cu­ri­ser les nom­breux évé­ne­ments fes­tifs ou cultu­rels — pour mieux ré­pondre aux mil­liers de Fran­çais qui se sont ma­ni­fes­tés ces der­niers jours. Un Con­seil de dé­fense se tien­dra dé­but août à l’Ely­sée pour en ar­rê­ter les mo­da­li­tés, les com­mis­sions par­le­men­taires se­ront consul­tées dans la fou­lée. @fger­schel

Les ré­ser­vistes mi­li­taires se­ront no­tam­ment ap­pe­lés à ren­for­cer les pa­trouilles de sur­veillance des sites sen­sibles.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.