Un his­to­rien dé­crypte le geste du pape

Aujourd'hui en France - - SOCIÉTÉ - Pro­pos re­cueillis par V. MD.

EX­PERT de la pa­pau­té, Jean-Fran­çois Co­lo­si­mo est his­to­rien des re­li­gions, pro­fes­seur de théo­lo­gie et di­rec­teur des Edi­tions du Cerf. Quel sens don­ner à la vi­site du pape Fran­çois à Au­sch­witz ? JEAN-FRAN­ÇOIS CO­LO­SI­MO. Ce pape du Sud, ami ré­pu­té de la com­mu­nau­té juive de Bue­nos Aires, veut mon­trer, pour son pre­mier grand voyage sur le Vieux Conti­nent, qu’il ne mé­con­naît pas l’Eu­rope et son his­toire. Mais aus­si que l’Eglise ca­tho­lique a vrai­ment rom­pu avec l’an­ti­ju­daïsme qu’on a pu re­pro­cher à la tra­di­tion chré­tienne. Sous le pon­ti­fi­cat de Jean-Paul II, les ins­ti­tu­tions juives avaient très mal vé­cu l’ins­tal- la­tion, entre 1985 et 1993, des car­mé­lites à l’in­té­rieur d’Au­sch­witz, ac­cu­sés de chris­tia­ni­ser le camp de­ve­nu un lieu de la di­vi­sion des mé­moires. En­fin, il en­voie aux conser­va­teurs de l’épis­co­pat po­lo­nais di­vi­sé sur l’ac­cueil des mi­grants le mes­sage de l’im­pé­ra­tif d’hu­ma­ni­té, au­jourd’hui comme hier : l’Eglise ne peut pas se fer­mer aux autres. Que sait-on pré­ci­sé­ment de l’at­ti­tude du pape ita­lien Pie XII à l’égard des juifs du­rant la guerre ? L’af­faire est très com­plexe. Elle porte sur les si­lences de Pie XII. Il ne fut pas l’al­lié de Hit­ler. Mais des his­to­riens es­timent qu’il n’a pas été un ad­ver­saire cons­tant et dé­cla­ré du na­zisme tout en rap­pe­lant qu’il a ai­dé les juifs de Rome. Le dé­bat au­jourd’hui, c’est : Pour­quoi n’a-t-il pas fait plus et Est-ce qu’il pou­vait faire plus ? Les archives se­crètes du Va­ti­can entre 1939 et 1945, qui contiennent, no­tam­ment, les télégrammes échan­gés entre le Va­ti­can et l’Al­le­magne ou les comptes ren­dus des réunions avec les forces d’oc­cu­pa­tion na­zies à Rome, pour­raient don­ner des in­di­ca­tions. Et ain­si faire pen­cher la balance dans un sens ou un autre. Mais pour l’heure, ces do­cu­ments di­plo­ma­tiques ne sont pas consul­tables. La dé­ci­sion de les ou­vrir aux cher­cheurs re­vient au pape qui a lais­sé en­tendre qu’il y était fa­vo­rable, va-t-il fran­chir le pas ? Ce­la va ve­nir, oui, mais c’est très long car l’en­jeu est im­por­tant et parce qu’aus­si Fran­çois a en­ga­gé tel­le­ment d’autres ré­formes. Il faut éga­le­ment trou­ver le per­son­nel qua­li­fié. Or, n’ou­blions pas que le Va­ti­can a seul ement l e bud­get d’ une grosse ONG…

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.