L’heure est ve­nue de se ser­rer les coudes

RE­LI­GION. A l’ap­pel du Conseil fran­çais du culte mu­sul­man, les fi­dèles sont in­vi­tés à se rendre de­main à la messe pour si­gni­fier leur so­li­da­ri­té avec leurs « frères » ca­tho­liques.

Aujourd'hui en France - - LE FAIT DU JOUR - CH­RIS­TINE MATEUS

« L’EXEMPLE DES CROYANTS dans leur amour mu­tuel et leur pi­tié l’un pour l’autre res­semble à l’exemple d’un corps : si un membre du corps sent la dou­leur, tout le corps souffre de l’in­som­nie et de la fièvre. » Ex­trait d’un ha­dith, ré­cit qui rap­porte la pa­role du Pro­phète, trai­tant de la fra­ter­ni­té…

Les mu­sul­mans au­ront-ils en tête ces mots de­main ? Sui­vront-ils l’exemple du cu­ré de Saint-Etienne-du-Rou­vray, Au­guste Moan­da, qui s’est ren­du hier, avec des di­zaines de chré­tiens, à la mos­quée, trois jours après l’as­sas­si­nat dans son église du père Jacques Ha­mel par deux hommes se re­ven­di­quant de Daech ? Fait ex­cep­tion­nel, il a même pris la pa­role lors de la prière : « Je vou­drais ras­su­rer mes frères, ce que l’on voit, ce n’est pas le vrai is­lam. Nous de­vons nous ser­rer les coudes. »

Le Conseil fran­çais du culte mu­sul­man (CFCM) ap­pelle en ef­fet imams et fi­dèles à re­joindre les ca­tho­liques lors de la messe do­mi­ni­cale pour ex­pri­mer leur « so­li­da­ri­té et com­pas­sion ». Un ap­pel in­édit. En jan­vier der­nier, un an après les at­ten­tats qui ont frap­pé le siège de « Char­lie Heb­do » et l’Hy­per Ca­cher, le CFCM avait pré­fé­ré or­ga­ni­ser des portes ou­vertes dans les mos­quées. « Le but est d’ini­tier un dia­logue pour mieux se connaître et cas­ser la mé­fiance », avait alors ex­pli­qué son pré­sident, Anouar Kbi­bech. Cette fois, c’est donc au tour des mu­sul­mans de fran­chir le por­tail des églises chré­tiennes. Hier, l’ins­tance re­pré­sen­ta­tive du culte mu­sul­man avait aus­si de­man­dé à l’en­semble des quelque 2 500 mos­quées de France de « sai­sir l’oc­ca­sion du prêche de la prière » du ven­dre­di, « pour évo­quer la place pré­pon­dé­rante qu’oc­cupe dans la re­li­gion mu­sul­mane le res­pect des autres re­li­gions, ain­si que le res­pect des hommes de foi qui les portent ».

Au même mo­ment, les ca­tho­liques ré­pon­daient, eux, à une autre in­vi­ta­tion lan­cée mar­di par le pré­sident de la Confé­rence des évêques de France (CEF) et ar­che­vêque de Mar­seille, Mgr Georges Pon- tier : jeû­ner et prier pour leur pays, ain­si que pour la paix dans le monde. Le grand rab­bin de France, Haïm Kor­sia, s’est as­so­cié per­son­nel­le­ment à l’ini­tia­tive.

Les croyants ne sont que des frères, dit une sou­rate. Tu ai­me­ras ton pro­chain comme toi-même dit l’Evan­gile.

Se pri­ver mo­men­ta­né­ment de nour­ri­ture chez les ca­tho­liques n’est pas seule­ment un acte de pé­ni­tence, c’est aus­si un mo­ment pour mé­di­ter sur ce qui leur manque au­tant que le pain. Et ce qui semble man­quer est scan­dé par­tout, y com­pris sur les ré­seaux so­ciaux : la fra­ter­ni­té. Par­fois, elle sur­git. Sur Twit­ter, l’un est mu­sul­man, l’autre est ca­tho­lique. Tout est par­ti du mes­sage de So­fiane, lan­cé le 26 juillet à la twit­to­sphère : « S’il le faut, on ira dé­fendre les églises #SaintE­tien­neDuRou­vray », Fa­bien y ré­pon­dra ain­si : « Et nous vos mos­quées s’il le faut ».

A eux deux, ils illus­trent cette phrase de la sou­rate Al Hu­ju­rat, ver­set 10 du Co­ran : « Les croyants ne sont que des frères », ain­si que le com­man­de­ment de Jé­sus dans l’Evan­gile se­lon saint Mat­thieu : « Tu ai­me­ras ton pro­chain comme toi-même ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.