Un Pa­ris - New York à 179 €

AÉ­RIEN. Le pre­mier vol de Nor­we­gian Air Shut­tle est par­ti hier de Rois­sy. La com­pa­gnie scan­di­nave low-cost dé­ve­loppe son ac­ti­vi­té à des­ti­na­tion des Etats-Unis.

Aujourd'hui en France - - ÉCONOMIE - Marc Ro­chet, pré­sident d’Air Ca­raïbes VIC­TOR TASSEL Pro­pos re­cueillis par MA­THILDE KACZKOWSKI

LE LOW-COST long-cour­rier va-t-il en­fin dé­col­ler ? Hier, Nor­we­gian Air Shut­tle pro­po­sait son pre­mier vol low-cost vers New York de­puis l’aé­ro­port de Rois­sy. « La liai­son Pa­risNew York est un grand mar­ché. C’est l’un des prin­ci­paux points d’en­trée dans le conti­nent nord-amé­ri­cain », ana­lyse Al­fons Cla­ver, di­rec­teur de la com­mu­ni­ca­tion de la com­pa­gnie nor­vé­gienne, troi­sième du mar­ché der­rière le lea­deur, l’ir­lan­dais Rya­nair, et le bri­tan­nique Ea­sy­Jet.

« C’est une bonne nou­velle pour le client »

Le prix d’ap­pel : 179 € l’al­ler simple. En prin­cipe donc, un al­ler-re­tour pour 358 €. Pas en août, bien sûr, où la com­pa­gnie af­fiche au mi­ni­mum 269 € pour un al­ler simple. En sep­tembre et oc­tobre, l’al­ler s’af­fiche à 219 €, et le re­tour, lui, peut se né­go­cier à 141,50 € : soit un al­ler-re­tour à 360,50 €. Outre New York, Nor­we­gian Air Shut­tle ouvre une ligne pour Los An­geles au­jourd’hui et pour Mia­mi à par­tir du 4 août. Et la com­pa­gnie de­vrait faire son en­trée sur le mar­ché des An­tilles fran­çaises dé­but 2017. Elle s’im­pose donc comme un concur­rent sé­rieux pour les com­pa­gnies fran­çaises comme Air France, XL Air­ways, la Com­pa­gnie ou Air Ca­raïbes. « C’est une bonne nou­velle pour le client, il va avoir d’autres pos­si­bi­li­tés en classe éco, sou­ligne Marc Ro­chet, pré­sident d’Air Ca­raïbes. Main­te­nant, il faut que l’on ba­taille avec les mêmes règles. » Spé­cia­liste des An­tilles, Air Ca­raïbes — n° 2 sur la des­ti­na­tion en France der­rière Air France — s’ap­prête à lan­cer sa com­pa­gni e l o w- c o s t l o ng- c o ur r i e r , French Blue, en sep­tembre. La com­pa­gnie nor­vé­gienne bé­né­fice en ef­fet d’un ac­cord si­gné entre l’Union eu­ro­péenne (UE) et les Etats-Unis, alors que la Nor­vège ne fait pas par­tie de l’UE. De quoi rendre fou de rage ses concur­rents fran­çais. « C’est scan­da­leux ! Les Nor­vé­giens ont vo­té deux fois non à l’Eu­rope. Pour­quoi ils au­raient les mêmes avan­tages que les com­pa­gnies eu­ro­péennes ? Ça n’a au­cun sens », s’em­porte Laurent Ma­gnin, di­rec­teur d’XL Air­ways.

Sou­te­nu et fi­nan­cé par le gou­ver­ne­ment nor­vé­gien, le groupe Nor­we­gian pour­rait jouir d’une loi, ac­tuel­le­ment en dis­cus­sion au Par­le­ment à Os­lo, qui lui per­met­trait de re­cru­ter ses pi­lotes et hô­tesses n’im­porte où dans le monde. Et donc au prix le plus com­pé­ti­tif pos­sible. Les EtatsU­nis, sou­cieux de pré­ser­ver leurs com­pa­gnies na­tio­nales, se montrent éga­le­ment très sour­cilleux sur ce « dum­ping so­cial » et re­fusent, pour l’ins­tant, de dé­li­vrer les au­to­ri­sa­tions de vols de­man­dées par les deux nou­velles fi­liales de Nor­we­gian. Ins­tal­lées en Ir­lande et en Grande-Bre­tagne, elles ont pour ob­jec­tif de faire du trans­por­teur nor­vé­gien le lea­deur du low-cost long-cour­rier dans le monde.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.