Le dé­cès d’Ada­ma Trao­ré reste in­ex­pli­qué

EN­QUÊTE. En at­ten­dant des exa­mens com­plé­men­taires pour dé­ter­mi­ner pré­ci­sé­ment les causes de la mort, un ras­sem­ble­ment de sou­tien à la fa­mille au­ra lieu au­jourd’hui.

Aujourd'hui en France - - FAITS DIVERS - FRÉ­DÉ­RIC NAIZOT

« MON FRÈRE est mort de­puis plus d’une se­maine et nous ne sa­vons tou­jours pas ce qui a pro­vo­qué son dé­cès. C’est très dif­fi­cile de faire son deuil dans ces condi­tions. » Las­sa­na Trao­ré, frère d’Ada­ma, confie le désar­roi de toute une fa­mille, après le dé­cès de ce der­nier, sur­ve­nu le jour de ses 24 ans à Beaumont-sur-Oise (Val-d’Oise) lors de son in­ter­pel­la­tion par les gen­darmes. Pour sa fa­mille, Ada­ma a été vic­time d’une ba­vure. Sa mort a pro­vo­qué plu­sieurs nuits de vio­lences à Beaumont et Per­san la se­maine der­nière. La fa­mille a par ailleurs por­té plainte pour me­naces de mort, après avoir no­tam­ment re­çu un cour­rier ano­nyme.

La fa­mille veut main­te­nir la pres­sion. Un nou­veau ras­sem­ble­ment est or­ga­ni­sé ce sa­me­di à 16 heures de­vant la gare du Nord à Pa­ris, à l’ap­pel des proches et de la fa­mille. Le 22 juillet der­nier, une marche avait ras­sem­blé 2 000 per­sonnes à Beaumont-sur-Oise. « Il ne faut pas que la mo­bi­li­sa­tion s’es­souffle. C’est im­por­tant que les gens conti­nuent à ré­cla­mer avec nous vé­ri­té et jus­tice pour Ada­ma. C’est tom­bé sur notre quar­tier, sur notre frère, mais ça au­rait pu tou­cher bien d’autres fa­milles », pré­cise As­sa Trao­ré, soeur d’Ada­ma.

Pas de vio­lences en­traî­nant la mort. Les deux au­top­sies réa­li­sées sur la dé­pouille d’Ada­ma s’ac­cordent sur un point : le pre­mier lé­giste de l’ins­ti­tut mé­di­co-lé­gal (IML) de Garches (Hauts-de-Seine) comme le col­lège de deux ex­perts de l’IML de Pa­ris écartent les vio­lences ayant en­traî­né la mort. « Il n’y a pas de traces de vio­lences par­ti­cu­lières de na­ture à ex­pli­quer le dé­cès du jeune homme », sou­ligne le pro­cu­reur de la Ré­pu­blique, Yves Jan­nier, qui n’évoque que « des lé­sions su­per­fi­cielles au vi­sage ». Me Bouz­rou, l’un des avo­cats de plu­sieurs membres de la fa­mille, évoque quant à lui « quatre à six lé­sions au vi­sage ».

Un « syn­drome as­phyxique » mis en évi­dence. Les deux ex­per­tises mé­di­co-lé­gales me­nées ne se pro­noncent pas sur les causes de la mort, mais re­lèvent toutes deux « un syn­drome as­phyxique ». La pre­mière éta­blit un lien avec une in­fec­tion pos­sible de plu­sieurs or­ganes. La se­conde ne donne pas d’ex­pli­ca­tion.

Une troi­sième au­top­sie re­fu­sée. Me Za­jac, qui re­pré­sente éga­le­ment la fa­mille, a de­man­dé une troi­sième au­top­sie ce jeu­di, re­fu­sée par la juge d’ins­truc­tion. Il a donc de­man­dé ce ven­dre­di un com­plé­ment d’examen dans le cadre de la se­conde au­top­sie. « Je de­mande aux ex­perts de se pro­non­cer sur l’as­phyxie po­si­tion­nelle, liée à la po­si­tion du corps (NDLR : lors de l’ar­res­ta­tion). C’est un cas qui est pris en compte par la mé­de­cine. Ada­ma est mort d’as­phyxie. Même s’il a un pro­blème car­diaque, le fait qu’il se soit trou­vé peut-être en­tra­vé, ou s’il a été me­not­té, peut ag­gra­ver la si­tua­tion. »

In­fec­tion ou pas ? Le pro­cu­reur a évo­qué « une in­fec­tion tou­chant plu­sieurs or­ganes » fi­gu­rant dans le rap­port de la pre­mière ex­per­tise. Se­lon Me Bouz­rou, les consta­ta­tions n’étaient pas aus­si af­fir­ma­tives. « Le rap­port évoque à pro­pos des pou­mons, du foie, de la tra­chée et des gan­glions une al­lure in­fec­tieuse. Les mots sont im­por­tants. » Quant à la se­conde ex­per­tise mé­di­co-lé­gale, elle écarte la pro­blé­ma­tique de l’in- fec­tion. Elle « n’a pas re­le­vé de phé­no­mène in­fec­tieux ma­jeur », in­dique le pro­cu­reur.

Une pa­tho­lo­gie car­diaque. La pre­mière au­top­sie a re­le­vé une pa­tho­lo­gie car­diaque. Ce que confirme, se­lon le pro­cu­reur, le rap­port in­ter­mé­diaire de l’ex­per­tise ana­to­mo­pa­tho­lo­gique (examen des tis­sus) ren­du par l’ex­pert ce ven­dre­di. « Il met en évi­dence un en­semble de lé­sions com­pa­tibles avec une car­dio­myo­pa­thie hy­per­tro­phique, qui est po­ten­tiel­le­ment la cause di­recte de la mort. Une pa­tho­lo­gie car­diaque pour la­quelle il peut n’y avoir au­cun signe avant-cou­reur. » La se­conde au­top­sie de l’IML de Pa­ris doit en­core se pro­non­cer sur ce point.

Beaumont-sur-Oise (Val-d’Oise), le 22 juillet. La fa­mille d’Ada­ma Trao­ré, dont sa soeur Ma­ma, qui tient un por­trait de son frère, a ap­pe­lé à une nou­velle marche cet après-mi­di, à 16 heures, à Pa­ris.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.