La guerre du péage d’Olé­ron se pour­suit

Aujourd'hui en France - - EN FRANCE - D. W

cia­tion pour la gra­tui­té du pont (AGPIO). Ce­lui-ci a re­con­nu que les mo­da­li­tés de la consul­ta­tion n’étaient pas cor­rectes. Nous ne sommes pas op­po­sés à un ré­fé­ren­dum, si ce­lui-ci a lieu dans les formes. » L’as­so­cia­tion reste en re­vanche fa­rou­che­ment op­po­sée à tout type de péage.

Le dé­par­te­ment dé­fend son « éco­taxe » in­dis­pen­sable pour l’île

« Olé­ron est en lien étroit et quo­ti­dien avec le proche conti­nent. Mille per­sonnes fran­chissent l’ou­vrage l’hi­ver, hors des pé­riodes tou­ris­tiques, que ce soit pour al­ler tra­vailler, parce qu’elles ne peuvent pas vivre à Olé­ron, ou pour consul­ter des mé­de­cins spé­cia­listes sur le conti­nent. » Le pré­sident de l’AGPIO, quand il évoque le pro­jet de péage, parle « d’at­teinte au prin­cipe de la li­ber­té de cir­cu­la­tion ».

Le conseil dé­par­te­men­tal, qui a dé­ci­dé de se pour­voir en cas­sa­tion, parle, lui, de la créa­tion d’une éco­taxe in­dis­pen­sable pour que l’île d’Olé­ron puisse pré­ser­ver son en­vi­ron­ne­ment. Il évoque aus­si les dé­penses liées à l’en­tre­tien de l’ou­vrage.

Bien qu’au­cune dé­ci­sion n’ait été prise, des ta­rifs de péage ont été évo­qués : 12 € pour les vé­hi­cules à mo­teur en été, 6 € hors pé­riodes es­ti­vales, 35 et 28 € pour les ca­mions de plus de deux es­sieux, 2 € pour les mo­tos. Les ré­si­dants per­ma­nents se­raient exemp­tés de péage, les ré­si­dants se­con­daires paie­raient 2 € par pas­sage ou 70 € à l’an­née.

Le conseil dé­par­te­men­tal, pri­vé de consul­ta­tion pour ins­tau­rer un péage sur le pont de l’île d’Olé­ron, se pour­voit en cas­sa­tion pour ob­te­nir gain de cause.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.