Dans la dou­leur, Rio ré­vèle son vi­sage olym­pique

Aujourd'hui en France - - SPORTS - Rio de Ja­nei­ro (Bré­sil) De notre cor­res­pon­dante MORGANN JEZEQUEL

C’EST LA DER­NIÈRE ligne droite pour la Ci­té mer­veilleuse, qui s’est trans­for­mée pour ac­cueillir les Jeux olym­piques. Une mé­ta­mor­phose qui ne s’est pas faite sans ac­croc. A une s emaine de l a cé­ré­mo­nie d’ou­ver­ture à Rio, re­tour sur les points noirs.

Des chan­tiers en re­tard

De­puis l’at­tri­bu­tion des JO 2016 à Rio, il y a sept ans, la ville s’est trans­for­mée en un chan­tier à ciel ou­vert. Nou­velles ins­tal­la­tions sportives, in­fra­struc­tures, trans­ports : les pou­voirs pu­blics ont dé­ci­dé d’of­frir un lif­ting à 10 Mds€ à la ci­té. Mais les chan­tiers s’éter­nisent et in­quiètent les ob­ser­va­teurs. 500 ou­vriers ont été mo­bi­li­sés cette se­maine pour as­su­rer les der­niers tra­vaux du vil­lage olym­pique, boy­cot­té dès son inau­gu­ra­tion, di­manche der­nier, par la dé­lé­ga­tion aus­tra­lienne. Le vé­lo­drome est en cours de fi­ni­tion, alors que les en­traî­ne­ments ont dé­bu­té. La piste cy­clable construite pour re­joindre le quar­tier olym­pique et dont un tron­çon de 50 m s’est ef­fon­dré en avril, fai­sant deux vic­times, ne se­ra pas rou­verte pour l’évé­ne­ment. Quant à la nou­velle ligne de mé­tro, in­dis­pen­sable au bon dé­rou­le­ment des JO et qui a dé­jà coû­té 2,5 Mds€, elle n’ou­vri­ra que le 1er août, alors qu’elle était pré­vue pour 2014. Des soup­çons de dé­tour­ne­ment d’ar­gent pèsent dé­jà sur les chan­tiers et une en­quête par­le­men­taire a été ou­verte. rer les dé­chets flot­tants n’y a donc rien chan­gé : on conseille aux ath­lètes de na­vi­guer la bouche fer­mée pour ne pas tom­ber ma­lade. nous tra­vaillons en col­la­bo­ra­tion avec des agences du monde en­tier. Et notre centre in­té­gré de lutte an­ti­ter­ro­riste, qui n’exis­tait pas lors du Mon­dial 2014, est en place. » 85 000 po­li­ciers et mi­li­taires vont qua­driller les aé­ro­ports, les sites olym­piques et les rues. qui n’était plus ar­ri­vé de­puis les an­nées 1930. Par­ti­cu­liè­re­ment tou­ché, Rio se re­trouve avec un dé­fi­cit qui de­vrait dépasser les 5 Mds€ cette an­née. Po­li­ciers, per­son­nel mé­di­cal, pro­fes­seurs… Des mil­liers d’agents pu­blics touchent leur sa­laire avec des mois de re­tard. Pour ob­te­nir un fi­nan­ce­ment de Bra­si­lia, le gou­ver­ne­ment lo­cal a dé­cré­té « l’état de ca­la­mi­té pu­blique » fin juin. Mais l’en­ve­loppe de près de 1 Md€ de­vrait sur­tout ser­vir à fi­nan­cer la fin des tra­vaux et as­su­rer la sé­cu­ri­té pen­dant les Jeux. Et en­suite ? Les Ca­rio­cas sont pes­si­mistes. que spec­ta­trice à un évé­ne­ment dont j’ai été une des pro­ta­go­nistes », a an­non­cé la pré­si­dente, tem­po­rai­re­ment sus­pen­due par le Sé­nat en mai et qui pour­rait être écar­tée du pou­voir après les JO. Vi­sée par une pro­cé­dure de des­ti­tu­tion pour « crime de res­pon­sa­bi­li­té » ad­mi­nis­tra­tive, elle dé­nonce un coup d’Etat. Ses par­ti­sans ac­cusent l’op­po­si­tion de vou­loir stop­per l’en­quête sur le scan­dale de cor­rup­tion Pe­tro­bras, qui a dé­jà fait tom­ber plu­sieurs po­li­tiques et qui me­nace l’ac­tuel pré­sident par in­té­rim Mi­chel Te­mer, qui as­sis­te­ra à l’ou­ver­ture des JO de­puis la loge VIP du Ma­ra­canã. Son pré­dé­cés­seur Lu­la ne se­ra pas non plus pré­sent, in­cul­pé hier de ten­ta­tive d’en­trave à la jus­tice, tou­jours dans le cadre du dos­sier Pe­tro­bas.

La baie de Gua­na­ba­ra, où se tien­dront les épreuves olym­piques de nage en eau libre, de voile et de wind­surf, n’a pas été dé­pol­luée, mal­gré les pro­messes...

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.