Des sur­coûts un peu mieux maî­tri­sés

Aujourd'hui en France - - SPORTS - VINCENT GAU­TIER

OR­GA­NI­SER les Jeux olym­piques coûte de l’ar­gent. Beau­coup d’ar­gent. Et in­va­ria­ble­ment les sommes dé­pen­sées dé­passent al­lé­gre­ment le bud­get ini­tial. Sur ce point, les JO de Rio ne dé­rogent pas à la règle. Se­lon une étude pu­bliée ce mois-ci par la Saïd Bu­si­ness School, cette édi­tion bré­si­lienne coû­te­ra 51 % de plus que pré­vu ! D’après les au­teurs de l’étude, le mon­tant to­tal de la fac­ture pour les Jeux de Rio est es­ti­mé à 4,5 Mds$ (en­vi­ron 4,06 Mds€). Et en­core, ce chiffre n’in­clut pas les dé­penses qui ne sont pas di­rec­te­ment liées à la bonne te­nue des com­pé­ti­tions (che­mins de fer, routes, aé­ro­ports…).

Le chiffre pa­raît im­pres­sion­nant. Lors­qu’on le com­pare aux pré­cé- dents JO, ce dé­pas­se­ment de bud­get n’est pas sur­pre­nant. Il semble même rai­son­nable. Les six autres édi­tions pour les­quelles les don­nées sont dis­po­nibles (Mon­tréal 1976, Bar­ce­lone 1992, At­lan­ta 1996, Syd­ney 2000, Athènes 2004, Pé­kin 2008, Londres 2012) le prouvent : les JO ont une fâ­cheuse ten­dance à faire ex­plo­ser les comp­teurs.

Londres 2012 : les Jeux d’été les plus oné­reux

En moyenne, le coût des Jeux olym­piques d’été est presque le triple de ce­lui an­non­cé dans le dos­sier de can­di­da­ture (sur­coût de 193,4 %). Mais cette moyenne est un peu faus­sée par les JO de Mon­tréal de 1976, qui dé­crochent la mé­daille d’or du dé­ra­page bud­gé­taire avec un sur­coût de 720 % ! Les Jeux d’été les plus oné­reux ont été or­ga­ni­sés il y a quatre ans, à Londres. Cette édi­tion 2012 a coû­té 15 Mds$. On re­marque éga­le­ment que, par­mi les édi­tions exa­mi­nées dans cette étude, au­cune n’a été épar­gnée par les dé­pas­se­ments de bud­get. No­tons tout de même que les Jeux de Pé­kin font fi­gure de bon élève, avec un sur­coût de 2 %. « Or­ga­ni­ser les Jeux olym­piques, pour une ville et un pays, est un en­ga­ge­ment gi­gan­tesque et c’est l’un des pro­jets les plus coû­teux et les plus ris­qués fi­nan­ciè­re­ment », re­marque le pro­fes­seur Bent Flyvb­jerg, l’un des au­teurs de l’étude.

« Le bud­get ini­tial res­semble à un mi­ni­mum fic­tif qui est constam­ment dé­pas­sé. Par ailleurs, en­core plus que dans d’autres pro­jets de grande en­ver­gure, chaque bud­get est éta­bli avec l’obli­ga­tion lé­gale, pour la vil­le­hôte et le gou­ver­ne­ment, de ga­ran­tir qu’ils cou­vri­ront les dé­penses sup­plé­men­taires. Nos don­nées sug­gèrent que cette ga­ran­tie équi­vaut à un chèque en blanc, avec la cer­ti­tude que ce coût se­ra plus éle­vé que ce qui a été en­re­gis­tré », concluent les cher­cheurs. Pa­ris, can­di­dat pour 2024, est pré­ve­nu. le­pa­ri­sien.fr Rio : des JO plus chers qu’an­non­cé Dé­cou­vrez Ch­ris­tophe Le­maitre en soixante se­condes

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.