« Il n’est pas mi­nistre à 100 % »

Ch­ris­tian Paul,

Aujourd'hui en France - - ACTUALITÉ -

SI L’IRRITATION que pro­voque Ma­cron chez les par­ti­sans de Valls est sans am­bi­guï­té, les fron­deurs so­cia­listes, eux, sont (un peu) moins sé­vères. Ch­ris­tian Paul, dé­pu­té so­cia­liste de la Nièvre, ap­pré­cie ain­si qu’il contri­bue au dé­bat d’idées, qu’il aille au contact des Fran­çais… « Je pré­fère en­core cette dé­marche au ca­po­ra­lisme de Ma­nuel Valls, à cette chape de plomb qu’il veut im­po­ser à la gauche. Au moins Ma­cron es­saie de bous­cu­ler la po­lice des es­prits qui veille à Ma­ti­gnon. » Les com­pli­ments s’ar­rêtent là pour le chef de file des dé­pu­tés fron­deurs, qui ne voit pas émer­ger d’idées nou­velles de son mou­ve­ment. « Où sont-elles ? Il n’est pour l’ins­tant écou­té que parce qu’il trans­gresse le jeu, pas pour ce qu’il pro­pose. Moi, je ne vois rien ! C’est ul­tra-light… »

Le fron­deur ai­me­rait sur­tout que « le mi­nistre de l’Eco­no­mie le soit à 100 % ». « Quand ils étaient au pou­voir, Men­dès France et Ro­card, dont il se ré­clame, s’at­te­laient to­ta­le­ment à leur tâche gou­ver­ne­men­tale, avec des ré­sul­tats. Ma­cron, lui, ne rend pas de compte. La crois­sance est nulle, le chô­mage de masse ne baisse pas. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.