CONFLIT.

Les troupes gou­ver­ne­men­tales de Ba­char al-As­sad ont to­ta­le­ment en­cer­clé la deuxième ville du pays. Les groupes re­belles sont as­sié­gés.

Aujourd'hui en France - - ACTUALITÉ - FRÉDÉRIC GERSCHEL

Alep, le 28 juillet. se sen­tir aban­don­née », re­grette un di­plo­mate fran­çais.

Une si­tua­tion hu­ma­ni­taire alar­mante

A cause des com­bats, les quar­tiers re­belles d’Alep ne sont plus du tout ap­pro­vi­sion­nés de­puis le 7 juillet. Les ré­serves de mé­di­ca­ments et de nour­ri­ture n’ex­cé­de­raient pas trois se­maines se­lon les ONG qui tra- vaillent sur place ! Pas de quoi te­nir un long et éprou­vant siège.

L’es­sence aus­si va man­quer. Les prix des pro­duits de pre­mière né­ces­si­té ont flam­bé et les centres de san­té sont sys­té­ma­ti­que­ment ci­blés par le ré­gime pour dé­cou­ra­ger les com­bat­tants et la po­pu­la­tion. « C’est tel­le­ment dan­ge­reux de se faire soi­gner à l’hô­pi­tal que le per­son­nel pré­fère ac­cueillir les pa­tients dans des abris in­for­mels. Avec tous les in­con­vé­nients que ce­la sup­pose. La vie des ci­vils n’a plus grande im­por­tance pour les bel­li­gé­rants », dé­plore Jean-Fran­çois Cor­ty, di­rec­teur des opé­ra­tions in­ter­na­tio­nales à Mé­de­cins du monde, une or­ga­ni­sa­tion par­ti­cu­liè­re­ment ac­tive dans le nord de la Sy­rie.

As­sad et Pou­tine veulent vi­der Alep

En po­si­tion de force, le maître de Da­mas et son al­lié russe ont pro­po­sé d’ou­vrir sept cor­ri­dors pour lais­ser pas­ser les ha­bi­tants d’Alep pié­gés dans la par­tie re­belle de la ville afin d’en re­prendre plus fa­ci­le­ment le contrôle en­suite. Une stra­té­gie dé­jà uti­li­sée avec suc­cès lors de l’en­cer­cle­ment de Homs, en dé­cembre 2015.

Hier, quelques di­zaines de fa­milles ont ti­mi­de­ment em­prun­té ces pas­sages sé­cu­ri­sés. Peut-être le dé­but de l’exode. « Les cou­loirs dont parlent les Russes, les ha­bi­tants d’Alep les ap­pellent les cou­loirs de mort », a dé­cla­ré à l’AFP Ah­mad Ra­ma­dan, membre de la coa­li­tion de l’opposition en exil et ori­gi­naire d’Alep, qui dé­non­çait hier une « des­truc­tion to­tale et sys­té­ma­tique de la ville ». Cer­tains com­bat­tants, eux, ont ju­ré qu’ils se bat­traient jus­qu’au bout. Le siège d’Alep ne fait que com­men­cer. @fger­schel

Alep, le 16 juillet. La par­tie de la ville te­nue par l’op­pos­tion, avec ses 300 000 ci­vils, est prise au piège des com­bats.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.