Le bras de fer aé­rien conti­nue

GRÈVE La di­rec­tion d’Air France et les syn­di­cats campent sur leurs po­si­tions. 900 vols ont été an­nu­lés de­puis mer­cre­di.

Aujourd'hui en France - - ACTUALITÉ - VICTOR TASSEL

EN PLEIN chas­sé-croi­sé d’été, Air France connaît au­jourd’hui le cin­quième jour de grève du per­son­nel na­vi­gant com­mer­cial (PNC). « Ce mou­ve­ment doit ces­ser. Les ef­fets sont dé­vas­ta­teurs pour les clients et pour la com­pa­gnie », juge Gilles Ga­teau, di­rec­teur des res­sources hu­maines d’Air France. Et pour cause, les pertes en­gen­drées par la grève se chif­fre­ront en « di­zaines de mil­lions d’eu­ros » se­lon Pier­reO­li­vier Ban­det, di­rec­teur gé­né­ral ad­joint de la com­pa­gnie.

De­puis le dé­but du mou­ve­ment, mer­cre­di 27 j uillet, en moyenne 7 vols long-cour­riers et entre 160 et 200 moyen-cour­riers et vols in­té­rieurs ont été an­nu­lés chaque jour. Soit en­vi­ron 900 vols au to­tal. Air France es­time que 110 000 usa­gers ont été tou­chés. Sans comp­ter les 35 000 qui le se­ront au­jourd’hui, se­lon les pré­vi­sions de la com­pa­gnie aé­rienne. Des chiffres qui vont conti­nuer d’aug­men­ter car la grève va se pour­suivre, comme pré­vu, jus­qu’au mar­di 2 août.

Le dia­logue est rom­pu entre di­rec­tion et syn­di­cat. « La grève n’est pas pro­pice à des né­go­cia­tions se­reines. Les par­te­naires so­ciaux doivent sor­tir de leur lo­gique jus­qu’au-bou­tiste », tacle Gilles Ga­teau. De son cô­té le Syn­di­cat na­tio­nal du per­son­nel na­vi­gant com­mer­cial (SNPNC), l’une des deux or­ga­ni­sa­tions de sa­la­riés ap­pe­lant à la grève, lui ren­voie la balle. « La di­rec­tion doit com­prendre que les PNC ne peuvent être la seul e va­riable d’ajus­te­ment de l a com­pa­gnie », tance Ch­ris­telle Aus­ter, se­cré­taire gé­né­rale ad­jointe du SNPNC. Le prin­ci­pal point de blo­cage tourne au­tour de la du­rée de re­con­duc­tion de l’ac­cord col­lec­tif fixant les règles de tra­vail, de ré- mu­né­ra­tion et d’évo­lu­tion de car­rière, en vi­gueur jus­qu’au 31 oc­tobre. Les syn­di­cats re­fusent la re­con­duc­tion de dix-sept mois pro­po­sée par la di­rec­tion, et ré­clament une pro­lon­ga­tion de l’ac­cord de trois ans.

Si les deux par­ties campent sur leurs po­si­tions, la di­rec­tion de la com­pa­gnie fran­çaise ouvre la porte à une évo­lu­tion. « Nous re­pren­drons la né­go­cia­tion sur de nou­velles bases », pro­met Gilles Ga­teau. Mais les syn­di­cats ne l’en­tendent pas de cette oreille et en­vi­sagent de dé­po­ser un nou­veau pré­avis de grève. Une réunion est pré­vue mar­di 2, der­nier jour du mou­ve­ment so­cial, pour faire le point sur la si­tua­tion.

Les syn­di­cats en­vi­sagent de dé­po­ser un nou­veau pré­avis de grève

Aé­ro­port d’Or­ly (Val-de-Marne), hier. Les va­can­ciers de­vaient prendre leur mal en pa­tience, en ce cin­quième jour de grève du per­son­nel na­vi­gant com­mer­cial d’Air France : au to­tal, 900 vols ont été an­nu­lés cette se­maine.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.