Po­pu­laire, le pape est-il

Les JMJ s’achèvent à Cra­co­vie. Le sou­ve­rain pon­tife y a ren­con­tré hier soir plus de 1 mil­lion de jeunes qui louent sa mo­der­ni­té. Mais fait-il au­tant bou­ger les lignes qu’on le dit ?

Aujourd'hui en France - - ACTUALITÉ - Cra­co­vie (Po­logne) De nos en­voyés spé­ciaux Cons­tan­tin, 17 ans Textes : VINCENT MONGAILLARD Pho­tos : OLIVIER CORSAN

AUX PREMIÈRES LOGES pour as­sis­ter hier à la veillée de prières avec le pape Fran­çois de­vant plus de 1 mil­lion de fi­dèles, Louis, Er­wann et leurs potes au cha­peau de paille sont aux anges. Grâce à leurs places VIP, ces fi­dèles du dio­cèse de Pa­ris sont juste der­rière les ca­lottes vio­lettes des évêques du monde en­tier. Mais ce qui les a fait ve­nir jus­qu’à cette prai­rie mé­ta­mor­pho­sée en cam­pus de la mi­sé­ri­corde, à 15 km de Cra­co­vie, c’est une ca­lotte blanche : celle du sou­ve­rain pon­tife ar­gen­tin, star jus­qu’à ce soir des Jour­nées mon­diales de la jeu­nesse (JMJ). A 18 h 50 hier, sous un so­leil de plomb, l’idole des jeunes fran­chit la Porte sainte et passe, à pieds, à trois mètres de ces quelques pri­vi­lé­giés et de leur dra­peau tri­co­lore avant de re­mon­ter dans la pa­pa­mo­bile.

Ce jé­suite « ou­vert » et « mo­derne », les 35 000 Fran­çais pré­sents au Wood­stock de la foi l’adorent. A croire qu’ils sont ma­sos : deux jours plus tôt, un brin pro­vo­ca­teur, le guide spi­ri­tuel mon­trait du doigt cer­tains qui « semblent dé­jà re­trai­tés à 23, 24 ou 25 ans » et qui « ont je­té l’éponge ».

« Il est là pour nous mettre deux­trois claques, ça fait du bien », lâche Er­wann, 20 ans, en pré­pa scien­ti­fique. « Il nous ré­veille », ap­plau­dit Tres­si, du dio­cèse de Lyon. Sur scène à 20 heures, le pape ré­ci­di­viste gal­va­nise en­core ses ouailles. « Vou­lez- vous être en­dor­mis ? » ha­rangue-t-il. « Nooon ! » ré­plique la foule in­vi­tée à quit­ter le confort de son « bon­heur­ca­na­pé ». « Il fait en sorte qu’on ne reste pas dans notre pe­tit monde ca­tho. Mais on sait qu’il est bien­veillant », souffle Sixte, Seine-et-Mar­nais de 15 ans. La sim­pli­ci­té de Fran­çois, qui dé­note avec « les chaus­sures rouges de Be­noît XVI », bé­né­fi­cie d’un concert de louanges. « Jeu­di, il a dé­bar­qué en tram pour ve­nir à notre ren­contre », ra­conte Er­wann, un bra­ce­let rouge en plas­tique au poi­gnet qui fait di­zai­nier, sorte de cha­pe­let pour ré­ci­ter un « Notre Père » et dix « Je vous sa­lue Ma­rie ». « Il ne dort pas dans les pa­lais pon­ti­fi­caux, mais dans la mo­deste ré­si­dence Sainte-Marthe au Va­ti­can », rap­pelle Cin­dy, 20 ans, des Hauts-deSeine, étu­diante en in­gé­nie­rie. Son ta­lent à créer le buzz sé­duit la jeu­nesse. « Il a le sens de la com­mu­ni­ca­tion, ça nous parle », ap­pré­cie Louis.

Cons­tan­tin, Tou­ran­geau de 17 ans, se re­trouve dans le Saint-Père : « Il se met à notre hau­teur, il est très humble. Et puis il montre l’exemple quand il ra­mène des ré­fu­giés dans son avion. » Guillaume voit des dif­fé­rences avec le pré­dé­ces­seur Be­noît XVI. « Fran­çois est da­van­tage dans le contact, dans l’ac­tion et un peu moins dans la ré­flexion. » Pour Char­lotte, 17 ans, ly­céenne de Bor­deaux, il est ré­vo­lu­tion- naire : « Il veut nous bous­cu­ler, il nous force à nous dé­pas­ser, mais ça ne nous fait pas peur. » Aux oreilles de Louis, le qua­li­fi­ca­tif ré­vo­lu­tion­naire sonne mal. « Fran­çois n’est pas dans la ré­vo­lu­tion, il est dans l’évo­lu­tion », nuance-t-il. « En no­va­teur, il pose les ques­tions qui font ré­flé­chir comme le rôle des femmes dans les églises, l’ac­cueil des ho­mo­sexuels ou des di­vor­cés re­ma­riés », pour­suit son voi­sin.

Tous sou­lignent que si Fran­çois en­trouvre les dé­bats de so­cié­té, no­tam­ment sur la sexua­li­té, il de­meure très conser­va­teur sur le plan doc­tri­nal. Au­cune voix re­belle, ici, pour fus­ti­ger les po­si­tions ju­gées sa­crées de Fran­çois sur l’avor­te­ment, l’eu­tha­na­sie, la contra­cep­tion ou le ma­riage. « Si l’Eglise, qui doit être éter­nelle, évo­lue, on n’au­ra plus d’an­crage », dit Tres­si. Même écho chez An­neLaure et Lu­cie, chef­taines scoutes qui pensent que l’ex-ar­che­vêque de Bue­nos Aires doit faire bou­ger les lignes à doses ho­méo­pa­thiques : « La so­cié­té va très vite, mais pas notre Eglise. Avec elle, on doit avan­cer au rythme de toutes les gé­né­ra­tions, pas à pas. »

« Il se met à notre hau­teur, il est très humble et il montre l’exemple »

Messe géante à Cra­co­vie

Cra­co­vie (Po­logne), hier. L’image du pape Fran­çois est dif­fu­sée sur des écrans géants pour que le mil­lion de fi­dèles puissent suivre son prêche.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.