Les 200 em­plois d’un abat­toir me­na­cés

Aujourd'hui en France - - EN FRANCE - Co­rinne Ni­cole, dé­lé­guée CGT

ILS S’ÉTAIENT dé­jà fait en­tendre en ins­cri­vant leur pré­sence au coeur du mou­ve­ment ini­tial des Bon­nets rouges, dès la fin 2013. Ven­dre­di, les 200 sa­la­riés res­tants de l’abat­toir de vo­lailles Tilly-Sab­co, dont l’usine est ba­sée à Guer­les­quin (Fi­nis­tère), ont vé­cu « un vé­ri­table bond en arrière », après sa nou­velle mise en re­dres­se­ment ju­di­ciaire, pro­non­cée par le tri­bu­nal de com­merce de Brest. « La si­tua­tion éco­no­mique et fi­nan­cière de l’en­tre­prise n’a pas don­né d’autre so­lu­tion pour l’ad­mi­nis­tra­teur pro­vi­soire que de se mettre en ces­sa­tion de paie­ment et de pla­cer les sa­la­riés sous pro­tec­tion du tri­bu­nal », ex­plique Co­rinne Ni­cole, dé­lé­guée CGT de l’en­tre­prise.

« Rien n’a été fait. On nous a lais­sés tom­ber »

En grande dif­fi­cul­té de­puis plu­sieurs an­nées, l’abat­toir bre­ton a dé­jà vé­cu une si­tua­tion sem­blable en 2014. Après une ba­taille achar­née, la so­cié­té avait fi­na­le­ment été re­prise par MS Foods, la chambre de com­merce et d’in­dus­trie de Mor­laix et Breizh Al­gae In­vest (Ol­mix), mais avait été for­cée de li­cen­cier 120 sa­la­riés sur un ef­fec­tif de 320 per­sonnes. L’ac­ti­vi­té a re­pris en mars 2015, mais la pro­duc­tion a dé­grin­go­lé, pas­sant de 340 000 pou­lets abat­tus par se­maine à 30 000. « Nous sommes res­tés sur des mar­chés dif­fi­ciles à l’ex­port, ajoute Co­rinne Ni­cole. Et nos four­nis­seurs, n’étant pas ré­glés, ont com­men­cé à

Guer­les­quin (Fi­nis­tère). En dif­fi­cul­té de­puis plu­sieurs an­nées, l’en­tre­prise avait dé­jà été for­cée de se sé­pa­rer de 120 sa­la­riés en 2014.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.