« Beau­coup de films n’existent qu’en VHS »

Em­ma­nuel, 43 ans,

Aujourd'hui en France - - TÉLÉVISION ET MÉDIAS - C.M.

EN­TRER chez Em­ma­nuel Ros­si, c’est pé­né­trer dans le jar­din d’Eden du ci­né­phile. Dans son cha­leu­reux ap­par­te­ment de Le­val­lois-Per­ret (Hauts-de-Seine), entre une col­lec­tion de vieux té­lé­phones fixes, de fau­teuils de ci­né­ma en ve­lours rouge ou de té­lé­vi­seurs ré­tro, im­pos­sible de ne pas re­mar­quer son ar­se­nal de VHS… et de ma­gné­to­scopes ! « J’en ai une de­mi-dou­zaine, quand un de mes proches dé­cide en­fin de se dé­bar­ras­ser du sien, il me le donne. »

« La VHS, c’est un gi­se­ment in­com­pa­rable pour le ci­né­ma de genre »

Le plus so­phis­ti­qué ? Un exem­plaire se­mi-pro­fes­sion­nel des an­nées 1980, ré­cu­pé­ré grâce à une exs­ta­giaire du mi­nis­tère des Af­faires étran­gères. Pour sa consommation per­son­nelle, Em­ma­nuel pré­fère tou­te­fois un mo­dèle So­ny ré­cent, bran­ché au cô­té de son lec­teur Blu-ray. Et il tourne toutes les se­maines. « La VHS, c’est un gi­se­ment in­com­pa­rable pour le ci­né­ma de genre, tout ce qui était po­pu­laire et dé­ni­gré : les trois quarts de ce pa­tri­moine n’ont ja­mais été édi­tés en DVD », as­sure ce père de fa­mille de 43 ans, pro­gram­ma­teur dans le ci­né­ma. Au­jourd’hui, il pos­sède plus de 500 cas­settes. « J’ai com­men­cé il y a quinze ans, et je garde uni­que­ment celles qui ne sont pas dis­po­nibles en DVD. Ce n’est pas le sup­port qui m’in­té­resse mais le film lui-même. » Un po­lar glauque avec Charles Az­na­vour et Léon Zi­trone (« les In­trus »), un im­pro­bable thril­ler pro­duit par le RPR sur un per­son­nage de col­leur d’af­fiches (« la Nuit du risque »), un re­make turc de « Star Wars » ou une pa­lan­quée de pé­plums et de films de kung-fu… Des bi­joux pour ama­teurs de sé­ries B ou Z, à dé­ni­cher pour quelques eu­ros sur Le­bon­coin, eBay ou, avec plus de pré­cau­tion, dans les bro­cantes. « Tout ce qui a été sto­cké dans un gre­nier ou une cave est en­dom­ma­gé par l’hu­mi­di­té ou les am­pli­tudes ther­miques », pré­vient Em­ma­nuel.

Pour lui, la dis­pa­ri­tion du ma­gné­to­scope n’est pas un pro­blème à court terme. « Beau­coup de gens en pos­sèdent en­core. Sa vraie ex­tinc- tion au­ra lieu dans quinze ou vingt ans, quand ce parc-là au­ra dis­pa­ru. »

En at­ten­dant, sa pré­cieuse vi­déo­thèque ali­mente le site Na­nar­land, dont il est un des contri­bu­teurs, et leur pro­chaine Nuit Na­nar­land or­ga­ni­sée au Grand Rex le 3 sep­tembre. Le ma­gné­to­scope est mort, mais les na­nars vain­cront ! Le meilleur ser­vice à rendre à votre ma­gné­to­scope pour pro­lon­ger son exis­tence ? S’en ser­vir ! « Si ses com­po­sants mé­ca­niques ne sont pas main­te­nus en ten­sion de temps en temps, ils sèchent, et ça grippe les bandes », ex­plique Sa­bine Pa­glia­ruc­ci, cadre tech­nique d’ex­ploi­ta­tion mul­ti­mé­dia à l’Ins­ti­tut na­tio­nal de l’au­dio­vi­suel (INA). Et pour les cas­settes, même com­bat, il faut que ça tourne ! « L’idéal pour pré­ser­ver une VHS, c’est d’avan­cer et rem­bo­bi­ner la bande tous les six mois, pour évi­ter qu’elle ne colle. C’est chi­mique ! Une bande ma­gné­tique, c’est très sen­sible, plus fin que du pa­pier à ci­ga­rette. » Et à trop la lais­ser en­rou­lée, on court un autre risque : que les images se su­per­posent et pro­voquent une ré­ma­nence à la lec­ture. Comme une pré­sence fan­to­ma­tique d’une scène à une autre… En­fin pour sau­ve­gar­der un film ou une vi­déo à va­leur sen­ti­men­tale, rien ne vaut la nu­mé­ri­sa­tion sur or­di­na­teur, chez soi (mais qui né­ces­site un lo­gi­ciel et un câ­blage spé­ci­fique) ou au­près d’un pres­ta­taire. « On se fait fa­ci­le­ment à la dé­ma­té­ria­li­sa­tion, es­time Sa­bine Pa­glia­ruc­ci, l’im­por­tant c’est la dis­po­ni­bi­li­té du conte­nu. Les vi­nyles res­te­ront pro­ba­ble­ment plus dans le coeur des mé­lo­manes que la VHS dans ce­lui des ci­né­philes. »

Comment bi­chon­ner le vôtre ?

C.M.

Le­val­lois-Per­ret (Hauts-de-Seine), hier. « Ce n’est pas le sup­port qui m’in­té­resse mais le film lui-même », ex­plique Pierre, 43 ans, col­lec­tion­neur de ma­gné­to­scopes et qui pos­sède plus de 500 films sur cas­sette in­trou­vables en DVD.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.