Chez les jeunes, les idées fusent

Aujourd'hui en France - - SOCIÉTÉ - Cra­co­vie (Po­logne) De nos en­voyés spé­ciaux Ju­lie, étu­diante VINCENT MONGAILLARD

MARIE-DJENEBA, 16 ans, est la fille d’une mu­sul­mane très pra­ti­quante et d’un ca­tho­lique qui ne va guère à la messe. « C’est ma mère qui m’a don­né la foi », pré­cise celle qui a fi­na­le­ment dé­ci­dé de croire pro­fon­dé­ment en… Jé­sus. Et au pape Fran­çois qu’elle est al­lée ac­cla­mer à Cra­co­vie lors des Jour­nées mon­diales de la jeu­nesse (JMJ). « La to­lé­rance qui existe dans ma mai­son, il fau­drait l’élar­gir à tout le pays », sug­gère cette pa­rois­sienne du dio­cèse d’Amiens. A l’ins­tar des 35 000 Fran­çais pré­sents au Wood­stock ca­tho­lique qui s’est ache­vé hier soir, l’ado a plein d’idées pour pro­mou­voir le dia­logue avec l’is­lam. « Il ne faut pas avoir peur de s’ou­vrir à l’autre. Le plus im­por­tant, c’est de se par­ler », ré­sume-t-elle sur un quai de la gare Glow­ny.

Pré­sent aux JMJ, le mou­ve­ment Coexis­ter, qui fé­dère des croyants de toutes les confes­sions et des non-croyants a, lui aus­si, une longue liste de pro­po­si­tions pour pro­lon­ger du­ra­ble­ment l’es­prit de fra­ter­ni­té ob­ser­vé ce wee­kend dans les édi­fices de l’Hexa­gone. « On veut créer une nuit de la laï­ci­té et du vivre-en­semble du­rant la­quelle tous les lieux de culte se­raient ou­verts. Il faut faire par­ti­ci­per les écoles mais aus­si les mai­ries. Et à la ren­trée, on va lan­cer la co­lo­ca­tion i nter­re­li­gieuse » , r évèle Ra­dia, 23 ans, sa pré­si­dente, de confes­sion mu­sul­mane. En Po­logne, avec une quin­zaine de ca­ma­rades, cette étu­diante pa­ri­sienne en re­la­tions in­ter­na­tio­nales a, entre autres, dia­lo­gué avec le grand rab­bin, vi­si­té une mos­quée et as­sis­té à la messe cé­lé­brée par « pa­pa Fran­ces­co ».

Paul, « ca­tho » d’An­gers, en­tend ap­pli­quer le mes­sage de « mi­sé­ri­corde » adres­sé par le sou­ve­rain pon­tife. « Pour construire, il faut d’abord par­don­ner ceux qui nous ont fait tant de mal », dé­voile ce fi­dèle qui porte une ma­ri­nière. Ju­lie, 18 ans, étu­diante en école de com­merce, est éga­le­ment gui­dée par les pa­roles du chef de l’Eglise ca­tho­lique. « Ou­vrons nos es­prits, nos églises, nos mai­sons à toutes les confes­sions ! » in­vite la de­moi­selle de Sau­mur aux bas­kets rouges trem­pées par les orages.

« Dans nos prin­cipes, il y a Aime ton pro­chain comme toi- même. Mais ce pro­chain, c’est pas uni­que­ment ton voi­sin ca­tho, ça peut être le frère athée, le frère mu­sul­man… » re­cense Marie, 20 ans, en fac de so­cio­lo­gie. Se­lon elle, le res­pect de toutes les confes­sions passe par les bancs de l’école. « La peur vient de l’in­con­nu. Il faut ins­tau­rer des cours de re­li­gion dans l’en­sei­gne­ment pu­blic », ré­pète-t-elle.

Ju­lie ima­gine des « dî­ners mul­ti­con­fes­sion­nels dans des salles mu­ni­ci­pales et non dans des lieux de culte » où « cha­cun pré­sen­te­rait sa re­li­gion ». « Le pape nous a dit de nous bou­ger, de nous le­ver de notre ca­na­pé. C’est à nous, l’ave­nir, de faire des pro­po­si­tions car on a sou­vent l’es­prit plus ou­vert que les an­ciens », es­time Sa­rah, qui pré­pare le concours de gen­darme. Pour Camille, 21 ans, chef­taine au fou­lard noir et jaune, les scouts de France doivent conti­nuer à ou­vrir leurs coeurs aux mu­sul­mans dans les ci­tés. « De leurs cô­tés, les mu­sul­mans de­vraient mul­ti­plier les jour­nées portes ou­vertes dans leurs mos­quées, his­toire de mettre fin aux fan­tasmes », pour­suit son amie Au­rore, étu­diante.

« Ou­vrons nos es­prits, nos églises, nos mai­sons à toutes les confes­sions ! »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.