Six cents sque­lettes mé­ro­vin­giens dé­cou­verts

Aujourd'hui en France - - EN FRANCE - D.W.

DES ARCHÉOLOGUES de l’Ins­ti­tut na­tio­nal de re­cherches ar­chéo­lo­giques pré­ven­tives (In­rap) viennent de dé­cou­vrir, à Mon­chy-La­gache dans la Somme, une né­cro­pole de l’époque mé­ro­vin­gienne. Da­tant de la pé­riode VIe-VIIIe siècles, elle contient au moins 600 sque­lettes.

C’est dans le cadre de la construc­tion d’une école dans ce vil­lage pi­card que la pré­fec­ture avait de­man­dé un diag­nos­tic ar­chéo­lo­gique. Un tel pro­cé­dé n’a rien à voir avec des fouilles tra­di­tion­nelles. On creuse des tran­chées de deux mètres de lar­geur, sur cin­quante cen­ti­mètres de pro­fon­deur, et ce tous les quinze mètres. « C’est à l’oc­ca­sion de ces son­dages qu’on a dé­cou­vert ce ci­me­tière in­édit », a in­di­qué à l’AFP Ri­chard Rou­gier, di­rec­teur ad­joint scien­ti­fique et tech­nique à l’In­rap, char­gé de la Pi­car­die.

Dans un pre­mier temps ont été trou­vés di­vers ob­jets de l’époque mé­ro­vin­gienne : boucle de cein­ture, élé­ment de po­te­rie, cou­teau, lance… Les archéologues ont ou­vert en juillet à peu près 12 % de la sur­face du site, dé­ter­rant quatre sque­lettes, ce qui per­met d’ex­tra­po­ler un nombre de tombes s’éle­vant au mi­ni­mum à 600, voire à 800. Etant don­né le nombre de sque­lettes et la pré­sence de tombes d’en­fants, il s’agit vrai­sem­bla­ble­ment de la po­pu­la­tion d’un vil­lage en­tier. Les corps trou­vés sont dis­po­sés à en­vi­ron 1,50 m sous terre, hors de por­tée des dé­tec­teurs de mé­taux clas­siques. Les sque­lettes, in­hu­més à même la terre, sont ceux d’hommes me­su­rant en­vi­ron 1,70 m.

« On peut ima­gi­ner que les tombes sont par­ti­cu­liè­re­ment bien conser­vées et nous n’avons ob­ser­vé au­cune trace de pillage », a sou­li­gné Ri­chard Rou­gier. De plus, il ne semble pas y avoir eu de des­truc­tions qui au­raient été pro­vo­quées par les bom­bar­de­ments de la Pre­mière et la Se­conde Guerre mon­diale. Le site est en ef­fet si­tué à une quin­zaine de ki­lo­mètres au sud-est de Pé­ronne, ville qui fut to­ta­le­ment dé­truite en 1917, puis bom­bar­dée et in­cen­diée en mai 1940 par l’avia­tion al­le­mande.

Cette dé­cou­verte semble confir­mer que Mon­chy-La­gache a été un bas­sin de vie im­por­tant à l’époque mé­ro­vin­gienne (Ve-VIIe), mais aus­si à l’époque gal­lo-ro­maine (IIe avant J.-C. au Ve après J.-C.). La Pi­car­die pos­sède une grande den­si­té de sites ar­chéo­lo­giques, avec un pa­tri­moine en­foui très im­por­tant. En 2014, une sta­tuette de craie re­pré­sen­tant une fi­gure fé­mi­nine vieille de 23 000 ans (époque pa­léo­li­thique) avait été ain­si dé­cou­verte à Amiens. Et en 1998, les archéologues avaient mis au jour le site mé­ro­vin­gien d’Athies, si­tué à cinq ki­lo­mètres à l’est de Mon­chyLa­gache, avec de nom­breux fos­sés, une vil­la royale, des ha­bi­ta­tions à po­teaux, des fours, des si­los à grains, des puits ain­si que des tombes conte­nant les restes de deux adultes et un en­fant.

Il s’agi­rait de la po­pu­la­tion d’un vil­lage en­tier

Plu­sieurs autres né­cro­poles mé­ro­vin­giennes ont dé­jà été mises au jour, comme ici à Noi­sy-le-Grand (Seine-Saint-De­nis).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.