« Le mee­ting com­mence bien »

Aujourd'hui en France - - SPORT HIPPIQUE - S.D.

LES VIC­TOIRES de QEMAH e t d ' ALRAHMA d a ns les deux épreuves les plus prest i g i e uses de di manche à Deau­ville ont mis en exergue deux jo­ckeys ( Gré­go­ry Be­noist et Au­ré­lien Le­maître), dont les car­rières sont gé­rées par He­len Barbe et Steve Obry, qui of­fi ci ent pour He­len Barbe Agen­cy en tant qu'agents. « C'est une belle jour­née, lâche Steve Obry avec le sou­rire. Pour un pre­mier di­manche de mee­ting à Deau­ville, c'est agréable de voir ses jo­ckeys ga­gner deux Groupes. »

Agents de j ockeys, leur mis­sion est simple : réus­sir à trou­ver le meilleur che­val dans chaque course pour per­mettre aux pro­fes­sion­nels dont ils s'oc­cupent de fran­chir la ligne en tête : « Compte te­nu de la mul­ti­pli­ca­tion des courses, le fait de col­la­bo­rer avec He­len de­puis 2013 nous rend plus forts. Nous sommes là pour ai­der les jo­ckeys ain­si que les en­traî­neurs. Comme nous, les jo­ckeys dont nous nous oc­cu­pons tra­vaillent en­semble. Lorsque l’un d’entre eux est in­dis­po­nible pour ga­lo­per un che­val le ma­tin à l’en­traî­ne­ment, nous fai­sons en sorte de le rem­pla­cer par un autre membre de notre équipe. Il faut être sou­dé. »

Une équipe, six jo­ckeys

Outre Gré­go­ry Be­noist et Au­ré­lien Le­maître, Anthony Cras­tus, Alexis Ba­del, Pierre Ba­zire et Ra­phaël Mar­chel­li tra­vaillent avec He­len Barbe Agen­cy. Cer­tains pays im­posent des règles plus strictes aux agents. Le Fran­çais Fla­vien Prat avait par exemple ex­pli­qué que son ma­na­ger de­vait se li­mi­ter à deux joc- keys aux États- Unis. « Le nombre fait la force, ex­plique Steve Obry. Ce­la per­met de pro­po­ser plu­sieurs so­lu­tions aux en­traî­neurs. »

Chaque jour, un agent passe en­vi­ron 3 heures au té­lé­phone pour une ré­mu­né­ra­tion avoi­si­nant les 15 % des gains du jo­ckey. « Ma jour­née dé­bute à 6 h 30, pour­suit-il. Je me rends sur les pistes de Chan­tilly pour al­ler voir les che­vaux tra­vailler. De 9 heures à 10 h 30, je suis au bu­reau des montes de France Ga­lop et, si je ne vais pas aux courses l’après-mi­di, je reste à mon bu­reau jus­qu'à 1 9 heures. He­len Barbe Agen­cy n’est ja­mais fer­mée. C' es t un mé­tier pas­si on­nant. »

Deau­ville, hier après-mi­di. Steve Obry pose au cô­té de l'un de ses « pou­lains », Au­ré­lien Le­maître, ga­gnant du Prix de Ca­bourg.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.