Un air de Wood­stock dans la trom­pette de Maa­louf

Aujourd'hui en France - - VOTRE SOIRÉE TÉLÉVISION - Gi­gnac (Lot) De nos en­voyés spé­ciaux TEXTES : ÉRIC BU­REAU PHOTOS ET VI­DÉOS : FRÉ­DÉ­RIC DU­GIT

ECAUSSYSTÈME, à Gi­gnac, c’est « Lot’ Wood­stock ». De­puis qua­torze ans, ce vil­lage bu­co­lique du causse de Mar­tel — d’où le nom — se mo­bi­lise pour son fes­ti­val « éco­ci­toyen et so­li­daire » : 420 bé­né­voles pour 680 ha­bi­tants, qui dit mieux ? Pen­dant trois jours, 30 000 fes­ti­va­liers fes­toient dans un champ, avec vue sur l’église et le ci­me­tière, et cé­lèbrent la mu­sique, la na­ture, l’amour… Ce qui sur­prend quand on dé­couvre ce pe­tit bourg, hier, c’est le nombre im­pres­sion­nant de chiens en li­ber­té, ac­com­pa­gnés de toutes sortes d’oi­seaux, punks, hip­pies. On vient aus­si en fa­mille man­ger des sand­wichs à la sau­cisse de ca­nard grillée, boire du ca­hors, jouer au ri­boul­dingue, par­ler éco­lo­gie avec Green­peace ou don­ner un eu­ro pour la ré­no­va­tion du mou­lin du vil­lage.

« C’est l’his­toire d’une bande de potes qui vou­laient faire bou­ger leur cam­pagne, nous ra­conte Be­noît Chas­ta­net, 38 ans, l’un des fon­da­teurs d’Ecaussystème. On a com­men­cé par une fête vo­tive dans Gi­gnac, avec un concert qui a réuni cent per­sonnes et du­ré trois chan­sons. Après, c’est de la chance et de la pas­sion. On a re­çu Jacques Du­tronc, Matthieu Che­did, IAM, Emir Kus­tu­ri­ca deux fois, Ma­nu Chao… » Et cette an­née Al­pha Blon­dy, The Ave­ner, Ig­gy Pop, Tryo et Ibra­him Maa­louf.

Quand nous avons lan­cé notre tour­née d’été, le trom­pet­tiste a aus­si­tôt ac­cep­té de jouer dans notre cam­ping-car. « J’adore ce genre d’en­droits, a-t-il avoué en grim­pant hier soir dans le sa­lon avec son gui­ta­riste, Fran­çois Del­porte. Et c’est su­per quand c’est bien pré­pa­ré. » En toute in­ti­mi­té, ils ont joué « Li­ly Will Soon Be a Wo­man », un bel ins­tru­men­tal com­po­sé pour sa fille. Puis Ibra­him Maa­louf a ré­pon­du à nos ques­tions par­ta­gées avec Stéphane Igle­sis, de France In­fo. Dé­con­trac­té, même sur l’épi­sode de son pas­se­port confis­qué… et pas ré­cu­pé­ré (une aven­ture sur­ve­nue après les at­ten­tats du 13 no­vembre 2015). « C’est à mon avis symp­to­ma­tique d’une pé­riode très com­pli­quée, avec plein de conflits, de gens qui se ren­ferment, qui cri­tiquent tout le temps. Mais je peux vous as­su­rer que je prie beau­coup à tra­vers ma mu­sique pour que les ten­sions se calment. »

Comme nous, Ibra­him Maa­louf passe l’été sur les routes. « C’est ça, mon mé­tier de mu­si­cien : être sur scène et faire un maxi­mum de concerts », sou­rit-il. Mais comment trouve-t-il le temps de por­ter tant de pro­jets, al­bums jazz, rock, hom­mage à Oum Kal­soum, mu­siques de films, créa­tions clas­siques ? « On est quel­que­suns dans ma tête, cer­tai­ne­ment, ri­gole-t-il. C’est sur­tout que je tra­vaille beau­coup, beau­coup, je vis mu­sique, je m’en­dors et me ré­veille mu­sique. J’ai tou­jours été comme ça de­puis que mon père m’a of­fert mon pre­mier syn­thé­ti­seur, à 8-9 ans. Je ne connais pas la rou­tine. »

Réus­sit-il à créer sur la route ? « C’est même en tour­née que je crée le plus et le mieux, avoue-t-il. Les tour­nées gé­nèrent beau­coup de mu­sique, de pro­jets. En ce mo­ment, je dois en avoir une tren­taine… » Hier soir, il a in­vi­té sur scène ses amis de Tryo à jouer leur « Prin­temps arabe ». « Je vis avec la phi­lo­so­phie du mé­tis­sage en tout, ré­sume-t-il. Je ne le dis sur­tout pas par pré­ten­tion mais pour ti­rer la son­nette d’alarme : je suis le seul à jouer dans des fes­ti­vals jazz, clas­sique et rock. C’est bi­zarre et dom­mage. Mais bon, ça bouge, on creuse notre sillon. » Jus­qu’à être le pre­mier trom­pet­tiste à faire en so­lo Ber­cy le 14 dé­cembre. « Et pour­quoi un ins­tru­men­tiste n’y joue­rait pas alors qu’on vend au­tant de disques et de billets qu’un ar­tiste pop ? Même Miles Da­vis, en 1984, a fait par­tie d’un triple pla­teau. C’est un peu la fo­lie, un pa­ri, pour fê­ter mes dix ans de tour­née non-stop. Mais c’est qua­si­ment com­plet. »

« C’est en tour­née que je crée le plus et le mieux »

Le live d’Ibra­him Maa­louf @Eric_Bu­reau le­pa­ri­sien.fr

Gi­gnac (Lot), hier. Le trom­pet­tiste Ibra­him Maa­louf, pré­sent au fes­ti­val Ecaussystème cette an­née, est mon­té à bord du cam­ping-car pour y in­ter­pré­ter quelques mor­ceaux.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.