Algues vertes : dix ans pour les éli­mi­ner !

POLLUTION. Moins vi­sibles cet été, les algues vertes conti­nuent à s’échouer sur des di­zaines de sites bre­tons. Le phé­no­mène ne se­ra pas éra­di­qué avant 2027 !

Aujourd'hui en France - - SOCIÉTÉ - Jean-Luc Bar­bo, de la com­mis­sion de l’eau ÉLODIE CHERMANN

CETTE NAUSÉABONDE odeur d’oeuf pour­ri, votre nez s’en sou­vient en­core ? Eh bien, il de­vra s’en ac­com­mo­der à nou­veau cet été : les algues vertes sont en ef­fet de re­tour sur le lit­to­ral bre­ton. Mais en moins grande quan­ti­té que l’an der­nier.

« On est très loin des in­va­sions que l’on a connues par le pas­sé », af­firme Jean-Luc Bar­bo, pré­sident de la com­mis­sion lo­cale de l’eau de la baie de Saint-Brieuc, l’une des zones les plus tou­chées de la ré­gion. « Mal­gré des condi­tions plu­vio­mé­triques très dé­fa­vo­rables au prin­temps, 451 t seu­le­ment ont ain­si été ra­mas­sées en juin, sur l’en­semble de nos plages, contre 684 t en 2015. » Le fruit, no­tam­ment, des ef­forts de pré­ven­tion four­nis pour amé­lio­rer la qua­li­té des cours d’eau. « En 2010, un pre­mier plan Algues vertes a été lan­cé sur les huit b a i e s à mar é e s vertes iden­ti­fiées dans le sché­ma di­rec­teur d’amé­na­ge­ment et de ges­tion des eaux du bas­sin Loire-Bretagne, i ndique Thier­ry Bur­lot, vice-pré­sident du conseil ré­gio­nal de Bretagne, char­gé de l’en­vi­ron­ne­ment. L’ob­jec­tif était à la fois de mettre en place un net­toyage sys­té­ma­tique des plages et de ré­duire les flux d’azote dé­ver­sés dans la mer. »

Les agri­cul­teurs ont évi­dem­ment dû y mettre du leur. « Dans la baie de Saint-Brieuc, 90 % des ex­ploi­tants se sont en­ga­gés à bais­ser les fuites de ni­trates (NDLR : res­pon­sable de la pro­li­fé­ra­tion des algues) sur leurs par­celles et 65 % dans la baie de la Fres­naye », se fé­li­cite Alain Tien­gou, vice-pré­sident de la chambre d’agriculture des Côtes-d’Ar­mor, char­gé de la com­mis­sion en­vi­ron­ne­ment. Com­ment ? En dé­ve­lop­pant no­tam­ment les in­ter­cul­tures, c’est-à-dire en se­mant des es­pèces ayant pour seule vo­ca­tion de consom­mer les re­li­quats d’azote pré­sents dans le sol. Mais aussi en rem­pla­çant l’usage d’en­grais chi­miques par une mé­thode plus na­tu­relle : la réuti­li­sa­tion des ex­cré­ments de leur bé­tail. « Sauf qu’on a en même temps re­le­vé les pla­fonds d’épan­dage d’azote… », dé­plore le porte-pa­role de l’as­so­cia­tion Eaux et ri­vières de Bretagne, JeanF­ran­çois Pi­quot. « Ré­sul­tat : 147 sites sont t ou­jours f i - chés algues vertes sur l’en­semble de la Bretagne. Une preuve vi­sible de la pollution in­vi­sible de nos cours d’eau. » Un chiffre très éloi­gné de ceux don­nés par le Centre d’étude et de va­lo­ri­sa­tion des algues (voir in­fo­gra­phie ci-contre). La ba­taille est donc en­core loin d’être ga­gnée.

Un nou­veau plan Algues vertes se­ra d’ailleurs mis sur les rails pour la pé­riode 2017-2021. Pas sûr tou­te­fois que ce­la suf­fise à ve­nir à bout des ma­rées vertes. « Certes, on a fait bais­ser les ni­veaux de ni­trates dans

« On est très loin des in­va­sions qu’on a connues par le pas­sé »

les ri­vières mais, tant qu’on n’ar­ri­ve­ra pas à des­cendre sous la barre des 10 mg de ni­trates par litre dans l’es­tuaire, les algues re­vien­dront en­core et tou­jours », as­sure Yves-Marie Le Lay, pré­sident de l’as­so­cia­tion Sau­ve­garde du Tré­gor. Il n’y a pour­tant pas de temps à perdre. « Le cycle de l’eau a beau être plus rapide en Bretagne du fait de la faible quan­ti­té d’eaux sou­ter­raines, il fau­dra des an­nées pour consta­ter les ré­sul­tats concrets de nos ac­tions », rap­pelle Thier­ry Bur­lot. Pour se mettre en confor­mi­té avec la di­rec­tive eu­ro­péenne sur l’eau, la France s’est pour­tant en­ga­gée à éra­di­quer com­plè­te­ment les « lai­tues de mer » des côtes bre­tonnes à l’ho­ri­zon 2027.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.