« J’ai­me­rais re­de­ve­nir en­sei­gnant, mais… »

Za­her

Aujourd'hui en France - - SOCIÉTÉ - A.L.

IL SE SOU­VIENT par coeur de la date de son ar­ri­vée à Sar­celles. « Le 21 août 2014 », rap­pelle-t-il. Il s’ap­pelle Za­her, est âgé de 46 ans. A Mos­soul (Irak), ce père de fa­mille était pro­fes­seur des écoles. Il cherche au­jourd’hui du tra­vail, tout en ap­pre­nant en pa­ral­lèle le fran­çais.

« J’ai­me­rais re­de­ve­nir en­sei­gnant en école primaire… Mais c’est un peu dif­fi­cile, à cause du fran­çais », ex­plique-t-il en pe­sant cha­cun de ses mots.

A son ar­ri­vée, c’est la masse de dé­marches ad­mi­nis­tra­tives qui a sur­pris ce père d’un gar­çon de 16 ans et d’une fille de 14 ans, sco­la­ri­sés au ly­cée. « En France, on est tou­jours oc­cu­pé par les pa­piers », sou­rit ce­lui qui a été gê­né par quelques pro­blèmes de santé ces der­niers mois, qui l’ont em­pê­ché de cher­cher ac­ti­ve­ment un tra­vail.

Ra­pi­de­ment, l’ad­mi­nis­tra­tion lui a tout de même per­mis de conver­tir son per­mis de conduire ira­kien en un per­mis fran­çais. Les dé­marches ont en re­vanche été plus com­plexes pour faire va­li­der son di­plôme d’en­sei­gnant. « J’ai dû en­voyer des pho­to­co­pies du cer­ti­fi­cat au Ca­da (NDLR : centre d’ac­cueil pour de­man­deurs d’asile), qui a fait réa­li­ser des vé­ri­fi­ca­tions. Main­te­nant, c’est bon. » Son ave­nir, il le voit dé­sor­mais à Sar­celles : « La France est de­ve­nue notre pays, il faut tra­vailler à créer un bel ave­nir pour nos enfants. »

Sar­celles (Val-d’Oise), le 28 juillet. Za­her a fait va­li­der son di­plôme ira­kien.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.