Entre Paris et Lyon, c’est la guerre froide

Tro­phée des cham­pions.

Aujourd'hui en France - - SPORTS - SÉBASTIEN NIETO ET YVES LEROY

ET SI LE TRO­PHÉE des cham­pions de sa­me­di pre­nait une tout autre im­por­tance ? Pre­mier titre de la sai­son à dé­cer­ner, il pour­rait sur­tout s’agir d’un pre­mier rè­gle­ment de comptes sur le ter­rain entre le PSG et l’OL. Les deux clubs sont en froid et ne s’en cachent même plus. Le dos­sier Alexandre La­ca­zette n’a rien ar­ran­gé. Dans les deux camps, on ac­cuse l’autre d’ali­men­ter les ru­meurs. Même si le pro­fil d’Alexandre La­ca­zette a pu at­ti­rer l’oeil des dirigeants pa­ri­siens, les chances de le voir dé­bar­quer à Paris sont au­jourd’hui in­fimes. Lyon n’est pas ven­deur et a re­fu­sé une offre de 40 M€ de West Ham (L 1 an­glaise). Quant au PSG, il ne veut pas dé­pen­ser au­tant.

Di­manche soir, après la vic­toire en ami­cal contre Ben­fi­ca (3-2), Jean-Mi­chel Au­las (JMA) a même sou­hai­té « clore le su­jet ». « Et si Paris conti­nue de lui dire qu’ils peuvent lui faire une pro­po­si­tion pour être le rem­pla­çant de Ca­va­ni, je pense que ce­la ne va pas bien lui plaire », a lan­cé le pré­sident de l’OL en zone mixte, as­su­rant vou­loir « ga­gner le Tro­phée des cham­pions » et ne « pas lais­ser plus d’es­paces au PSG » sur le plan national. Il est vrai que, de­puis plu­sieurs mois, Jean-Mi­chel Au­las ne cesse de tan­cer l’hé­gé­mo­nie pa­ri­sienne. Le pré­sident lyon­nais n’a pas di­gé­ré les dé­faites de l’an pas­sé, no­tam­ment celle en Coupe de la Ligue.

Dis­cus­sion mus­clée au té­lé­phone

En fé­vrier, il avait même fait écrire un com­mu­ni­qué dé­non­çant « les er­reurs d’ar­bi­trage en fa­veur du PSG ». Paris avait alors choi­si de ne pas ré­pondre. Dé­but mai, pour l’avant-der­nière jour­née de Ligue 1, Jean-Mi­chel Au­las pro­vo­quait de nou­veau les dirigeants du PSG en ex­pli­quant que « le Qa­tar ne fait pas par­tie de la France » et que le vain­queur du match OL - Mo­na­co se­rait donc sa­cré cham­pion de France. En­core une fois, Paris n’avait pas bron­ché. L’aga­ce­ment était pour­tant bien réel, la jus­ti­fi­ca­tion par l’humour du pré­sident lyon­nais ne chan­geant rien.

En juin, les ten­sions sont de­ve­nues plus concrètes quand JMA a qua­li­fié le mon­tant des in­dem­ni­tés de li­cen­cie­ment de Laurent Blanc d’« in­dé­cent » avant de s’at­ta­quer aux « règles fis­cales » qui fa­vo­risent les Qa­ta­riens. Cette fois, les dirigeants pa­ri­siens ne peuvent ca­cher leur co­lère et ré­torquent via un com­mu­ni­qué, in­vi­tant le pré­sident de l ’ OL « à s’ abs­te­nir de dé­ni­grer d’autres clubs ». Beau­coup plus ré­cem­ment, Jean-Claude Blanc, di­rec­teur gé­né­ral du PSG, et Jean-Mi­chel Au­las ont même eu une dis­cus­sion mus­clée par té­lé­phone. Pas cer­tain que les deux hommes s’af­fichent en­semble sa­me­di soir.

Thia­go Mot­ta a été dé­si­gné vi­ce­ca­pi­taine du PSG par l’en­traî­neur, Unai Eme­ry. L’in­ter­na­tio­nal ita­lien de 33 ans suc­cède à Zla­tan Ibra­hi­mo­vic et por­te­ra le bras­sard lorsque Thia­go Sil­va se­ra in­dis­po­nible.

Les pro­vo­ca­tions ver­bales à ré­pé­ti­tion du pré­sident de Lyon, Jean-Mi­chel Au­las (à droite), agacent de plus en plus le PSG de Nas­ser Al-Khe­laï­fi.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.