« Une ma­nière évi­dente de ba­na­li­ser le ta­bac »

Mi­chèle De­lau­nay, dé­pu­tée PS de Gi­ronde

Aujourd'hui en France - - ÉCONOMIE - Pro­pos re­cueillis par CHRISTINE MATEUS

La pré­si­dente de la fé­dé­ra­tion d’as­so­cia­tions Al­liance contre le ta­bac ré­agit à la vente de ci­ga­rettes de­puis hier dans une su­pé­rette du groupe Mo­no­prix à la gare d’Epi­nal (Vosges).

Avec Epi­nal, est-ce que la grande dis­tri­bu­tion met au­jourd’hui un pied dans la vente du ta­bac ?

MI­CHÈLE DE­LAU­NAY. Oui, la grande dis­tri­bu­tion fait ren­trer le che­val de Troie du ta­bac. Voi­là une ma­nière ab­so­lu­ment évi­dente de le ba­na­li­ser, de faire de lui un pro­duit du quo­ti­dien comme les bon­bons à la menthe ou le sham­poing. On trouve la même chose à la gare de Li­bourne (Gi­ronde), mais sous l’en­seigne Ca­si­no. Je viens d’ailleurs d’aler­ter le maire à ce su­jet. Au to­tal, dans le pays, nous avons une quin­zaine d’en­droits qui pro­fitent d’une si­tua­tion peu claire sur le plan lé­gal.

C’est-à-dire ?

Nor­ma­le­ment, les bu­ra­listes n’ont pas le droit d’ou­vrir un bu­reau de ta­bac dans les gares, mais une to­lé­rance a été don­née aux points Re­lay pour ac­cueillir des re­ven­deurs. C’est une aber­ra­tion. Tou­te­fois, il existe aus­si des bu­ra­listes qui, sous pré­texte de se di­ver­si­fier, s’aco­quinent avec une grande en­seigne pour vendre quelques sandwichs en plus des ci­ga­rettes. C’est donc amu­sant qu’ils aient ma­ni­fes­té à Epi­nal contre Mo­nop’sta­tion… Moi, ce­la fait un mo­ment que je sens ve­nir ce pacs avec la grande dis­tri­bu­tion.

Que pré­co­ni­sez-vous ?

Le ta­bac doit être ven­du stric­te­ment par les bu­ra­listes. Ce n’est pas le cas au­jourd’hui. En plus de ces si­tua­tions dans les gares, il existe d’autres re­ven­deurs qui achètent le ta­bac aux bu­ra­listes. Comme cer­taines boîtes de nuit et bras­se­ries-res­tau­rants. J’ai dé­po­sé un amen­de­ment pour ar­rê­ter ce­la. Il a été re­fu­sé. Mais je re­vien­drai à la charge dans le cadre du pro­chain pro­jet de loi de fi­nan­ce­ment de la sé­cu­ri­té so­ciale (NDLR : qui se­ra dis­cu­té à la ren­trée). C’est un point ma­jeur.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.