« Con­trai­re­ment à Valls, je suis to­ta­le­ment op­po­sé au fi­nan­ce­ment pu­blic des mos­quées, ou de tout lieu de culte »

Eric Ciot­ti,

Aujourd'hui en France - - POLITIQUE - GAËL LOMBART ET BRICE LE BORGNE

FAUX. Une par­tie de l’op­po­si­tion re­jette, de­puis di­manche, l’idée de Ma­nuel Valls de re­cou­rir à « une forme de fi­nan­ce­ment pu­blic » du culte mu­sul­man. Une piste que le Pre­mier mi­nistre évo­quait en­core hier dans « Li­bé­ra­tion », au nom du « com­bat contre l’is­la­misme ra­di­cal ».

Se­lon ses dé­trac­teurs, un tel pro­jet vien­drait à re­mettre en cause la loi de 1905 sur la sé­pa­ra­tion de l’Eglise et de l’Etat. Or, plu­sieurs dé­pu­tés les Ré­pu­bli­cains (LR) qui cri­tiquent cette pro­po­si­tion ont uti­li­sé en 2015 une part de la ré­serve par­le­men­taire à la ré­no­va­tion d’édi­fices re­li­gieux. C’est no­tam­ment le cas d’Eric Ciot­ti.

En ré­ac­tion à une pre­mière tri­bune de Ma­nuel Valls dans « le Jour­nal du di­manche », le dé­pu­té des Al­pesMa­ri­times s’était dit, sur Twit­ter, « to­ta­le­ment op­po­sé au fi­nan­ce­ment pu­blic des mos­quées ou de tout lieu de culte ». Il a pour­tant sub­ven­tion­né l’an der­nier quatre cha­pelles ni­çoises, à hau­teur de 5 000 € cha­cune.

Hier, le se­cré­taire gé­né­ral ad­joint du par­ti les Ré­pu­bli­cains s’est dé­fen­du de « te­nir un double lan­gage » : « Au-de­là du seul cadre re­li­gieux, églises et cha­pelles, au­tour des­quelles s’est construite la France, font par­tie in­té­grante de notre pa­tri­moine his­to­rique et cultu­rel, en té­moigne leur clas­se­ment aux Mo­nu­ments his­to­riques. Il ne s’agit donc en au­cun cas du fi­nan­ce­ment de lieux de culte, pros­crit par la loi de 1905 dont je me re­ven­dique comme l’un des dé­fen­seurs ! »

Le dé­pu­té de la Drôme Her­vé Ma- ri­ton, qui a ju­gé hier « ex­trê­me­ment grave » la pro­po­si­tion de Ma­nuel Valls, a ac­cor­dé en tout 10 000 € à des com­munes de son dé­par­te­ment pour la res­tau­ra­tion d’églises. Quant à Be­noist Ap­pa­ru, dé­pu­té de la Marne qui a fus­ti­gé « une mau­vaise idée » du Pre­mier mi­nistre, il a consa­cré 8 740 € de sa ré­serve par­le­men­taire à divers tra­vaux dans des lieux de culte ca­tho­liques. De­puis 1907, en France, les églises font par­tie du pa­tri­moine com­mu­nal et doivent, de fait, ê t r e e nt r e t e nues par les mu­ni­ci­pa­li­tés. Mais, se­lon les don­nées pu­bliées par l’As­sem­blée (de­puis 2013) et le Sé­nat (de­puis 2014), les par­le­men­taires ac­cordent une somme non né­gli­geable des ré­serves des deux Chambres à des édi­fices re­li­gieux, par le biais d’as­so­cia­tions de sau­ve­garde des mo­nu­ments ou des com­munes qui les gèrent. Les dons des dé­pu­tés aux lieux cultuels s’éle­vaient, en 2015, à 2,5 M€, soit 3,1 % du mon­tant to­tal de leur ré­serve. Ceux des sé­na­teurs, à 3,1 M€ (6 %). A de très rares ex­cep­tions près, la sub­ven­tion est al­lée à des églises*.

Dans un rap­port pu­blié en 2015 sur le fi­nan­ce­ment des lieux de culte, une dé­lé­ga­tion de 36 sé­na­teurs se fé­li­ci­tait « que les par­le­men­taires, élus de ter­rain, se sou­cient plei­ne­ment de l’ave­nir de ces lieux fai­sant par­tie in­té­grante de l’iden­ti­té et de l’his­toire de nos ter­ri­toires ». Il n’était, là en­core, ques­tion que d’églises.

« Eglises et cha­pelles [...] font par­tie in­té­grante de notre pa­tri­moine his­to­rique et cultu­rel »

@gael­lom­bart @Bri­ceLeBorgne *En 2015, les églises ont re­çu au moins 958 do­ta­tions de par­le­men­taires (contre 10 aux temples et une aux mos­quées). Des sommes pro­ve­nant des ré­serves de 191 sé­na­teurs et 215 dé­pu­tés.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.