UE : un nou­veau com­mis­saire… bri­tan­nique

Aujourd'hui en France - - POLITIQUE - Bruxelles (Bel­gique) De notre cor­res­pon­dante JULIE MAJERCZAK

ALORS QUE LE ROYAUME-UNI a dé­ci­dé de sor­tir de l’Union eu­ro­péenne, un nou­veau bri­tan­nique, Sir Ju­lian King, va faire son en­trée à la Com­mis­sion. C’est ce qu’a an­non­cé hier le pa­tron de l’exé­cu­tif eu­ro­péen Jean-Claude Jun­cker qui compte lui confier le por­te­feuille de la sé­cu­ri­té. Eton­nant ? Pas vrai­ment. C’est la lo­gique ins­ti­tu­tion­nelle. Les né­go­cia­tions sur la sor­tie du Royaume-Uni risquent de du­rer deux ans. Tant que le pays est dans l’UE, il est « en droit d’en­voyer un com­mis­saire » à Bruxelles, au même titre que les autres Etats membres, sou­li­gnet-on à la Com­mis­sion. Or la chaise est vide de­puis la dé­mis­sion, au len­de­main du ré­fé­ren­dum, du com­mis­saire Lord Hill, favorable au main­tien de son pays dans l’UE. Les 73 eu­ro­dé­pu­tés bri­tan­niques conti­nue­ront eux aus­si de sié­ger au Par­le­ment eu­ro­péen. Le Royau­meU­ni a, en re­vanche, re­non­cé à exer­cer la pré­si­dence tour­nante de l’UE au se­cond se­mestre 2017. C’est l’Es­to­nie qui se­ra aux com­mandes à sa place. Sir Ju­lian King, jus­qu’ici am­bas­sa­deur du Royaume-Uni à Pa­ris, doit en­core être au­di­tion­né par le Par­le­ment eu­ro­péen à la ren­trée et re­ce­voir le feu vert des Etats membres.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.