Mo­na­co compte sur Fal­cao

Ligue des cham­pions (3e tour pré­li­mi­naire re­tour).

Aujourd'hui en France - - SPORTS - Mo­na­co De notre cor­res­pon­dant FLORIAN FIESCHI

CERTES, il n’est plus le même. Ses en­chaî­ne­ments sont peut-être moins ra­pides, ses ap­pels moins tran­chants. « Mais, il est dé­jà à un bon ni­veau. Dès le dé­but de la pré­pa­ra­tion, on a d’ailleurs vu qu’il avait faim », souffle l’un de ses co­équi­piers, im­pres­sion­né par ce que dé­gage Fal­cao, l’atout of­fen­sif nu­mé­ro 1 de Mo­na­co ce soir face à Fe­ner­bah­çe lors du match re­tour du 3e tour pré­li­mi­naire de la Ligue des cham­pions (dé­faite 2-1 en Tur­quie)

Ain­si, c’est un Tigre dif­fé­rent qui a fait son re­tour en prin­ci­pau­té. Non pas que l’in­ter­na­tio­nal co­lom­bien de 30 ans ait été un élé­ment né­bu­leux et in­stable dans un pas­sé pas si loin­tain, mais dans son ap­proche du quo­ti­dien, l’an­cien de l’At­lé­ti­co Ma­drid se veut par­ti­cu­liè­re­ment sco­laire. Très sou­vent bles­sé lors des deux der­nières sai­sons (prêt à Man­ches­ter Uni­ted puis à Chel­sea), Fal­cao ré­pète in­las­sa­ble­ment ses gammes à l’en­traî­ne­ment. Comme une fa­çon de se ras­su­rer. « Lors des séances spé­ci­fiques, il est im­pres­sion­nant parce que toutes ses frappes sont ca­drées, re- prend un té­moin de la Tur­bie. Une chose est sûre, le fee­ling du bu­teur, il ne l’a pas per­du. »

Une im­pres­sion confir­mée du­rant la pré­pa­ra­tion es­ti­vale, puisque Fal­cao a qua­si­ment mar­qué à cha­cune de ses ap­pa­ri­tions. Au­teur de cinq réa­li­sa­tions lors des six ren­contres ami­cales dis­pu­tées, l’an­cien de Ri­ver Plate a ré­ci­di­vé pour sa pre­mière sor­tie of­fi­cielle lors du match al­ler contre. Un but dans son style ca­rac­té­ris­tique avec une re­prise de vo­lée par­fai­te­ment exé­cu­tée qui en­tre­tient l’es­poir de pour­suivre l’aven­ture en Ligue des cham­pions, à condi­tion de s’im­po­ser ce soir.

Il a be­soin d’amour

Mais pour le Sud-Amé­ri­cain, le che­min est en­core long. Car avant de pou­voir re­trou­ver son meilleur ni­veau, Fal­cao doit éga­le­ment sur­mon­ter un pro­blème de confiance, un écueil in­hé­rent aux grands bu­teurs. « Fal­cao a be­soin d’amour, souffle-ton dans son en­tou­rage. Au club, tout le monde en est conscient et tout le monde lui montre de l’af­fec­tion. » Leo­nar­do Jar­dim pour­ra-t-il lui en don­ner suf­fi­sam­ment ? C’est aus­si toute la ques­tion.

Autre dé­tail qui n’en est pas un, Fal­cao s’est pré­pa­ré dif­fé­rem­ment lors de cette in­ter­sai­son. Ad­dict au t ra­vail phy­sique per­ma­nent, l e joueur n’a pas tou­ché un bal­lon pen­dant ses va­cances en Co­lom­bie. « En fait, il n’a rien fait du tout pen­dant quinze jours, confie l’un de ses proches. C’est la pre­mière fois de sa car­rière qu’il fait ça, mais il en avait be­soin. »

Pen­dant ses va­cances, le Tigre a donc pro­fi­té des plages de San­ta Mar­ta, sa ville na­tale, où il a no­tam­ment pas­sé du temps avec Car­los Vives, am­bas­sa­deur du val­le­na­to, la mu­sique pré­fé­rée du joueur. Comme une fa­çon de chas­ser le mau­vais sort pour un at­ta­quant en quête de ré­demp­tion.

20 H 45, BEIN SPORTS

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.