Es­croc de prêtres de père en fils

AR­NAQUE. Un jeune homme vient d’être écroué, soup­çon­né d’avoir abu­sé de la cré­du­li­té d’au moins 47 hommes d’Eglise, par­tout en France, pour leur sou­ti­rer de l’ar­gent. Il avait été ins­pi­ré par son père, ex­pert en la ma­tière.

Aujourd'hui en France - - FAITS DIVERS - Ni­co­las de Gol­mard, com­mis­saire du Havre NI­CO­LAS JACQUARD

AU NOM DU PÈRE. Du sien, dont il a re­pris la tech­nique éla­bo­rée d’escroquerie. Et du Très Haut, dont il avait fait des dis­ciples ses vic­times ex­clu­sives. Ven­dre­di, Ke­vin Gosse, 27 ans, a été mis en exa­men pour es­cro­que­ries et fal­si­fi­ca­tions de chèques par un j uge d’ins­truc­tion du Havre (Seine-Ma­ri­time), et pla­cé en dé­ten­tion pro­vi­soire. En garde à vue, il a ai­sé­ment re­con­nu avoir sub­ti­li­sé de l’ar­gent à 47 prêtres, à tra­vers toute la France, sans même bou­ger de chez lui, de­puis 2009 jus­qu’à l’an­née der­nière.

« La seule chose qu’il mi­ni­mise, c’est le vo­lume du pré­ju­dice, nuance Ni­co­las de Gol­mard, com­mis­saire du Havre. Lui évoque 20 000 €. Nous l ’ e s t i mons à 1 0 0 0 0 0 €, d’au­tant que, au vu du pro­fil des vic­times, on ne peut pas les soup­çon­ner d’avoir gon­flé le mon­tant… »

Le pro­cé­dé était d’une sim­pli­ci­té bi­blique. Par té­lé­phone, Ke­vin, se fai­sant pas­ser pour un cer­tain Phi­lippe Métayer, ap­pe­lait des prêtres dont les co­or­don­nées avaient été trou­vées dans l’an­nuaire. Il se pré­sen­tait alors comme un an­cien pa­rois­sien que l’homme d’Eglise était sup­po­sé avoir marié dans le pas­sé. « Ça mar­chait d’au­tant mieux que ces prêtres étaient âgés, et ne pou­vaient se sou­ve­nir de tous ceux qu’ils avaient unis », re­lève Ni­co­las de Gol­mard. Ke­vin pré­tex­tait alors être dans le be­soin pour éle­ver ses en­fants après le dé­cès de son épouse, et en ap­pe­lait à la cha­ri­té chré­tienne, sous forme de chèque ou de man­dat cash.

Pro­ve­nant tout aus­si bien du Doubs ou du Rhône que du Can­tal ou du Loi­ret, les es­pèces af­fluaient donc au Havre, où les hommes de la bri­gade fi­nan­cière, en sui­vant la pis- te de l’ar­gent, ont fini par coin­cer cette an­cienne connais­sance. De fait, au com­mis­sa­riat lo­cal, Ke­vin Gosse est connu de­puis ses 15 ans pour des vols de voi­tures ou di­verses voies de fait. Sur­tout, le nom de Phi­lippe Métayer, évo­qué par les plai­gnants, fait « tilt » aux oreilles des en­quê­teurs. Dé­cé­dé, ce­lui-ci était une connais­sance de Mi­chel Gosse, le père de Ke­vin, le­quel avait inau­gu­ré cette ar­naque aux prêtres, dont il avait la marque de fa­brique.

Agé de 60 ans, Mi­chel Gosse a ain­si été condam­né au to­tal à 37 an­nées de pri­son pour des faits à chaque fois iden­tiques, et re­pro­duits dès ses li­bé­ra­tions. Pour les jus­ti­fier, il dit avoir été abu­sé à l’âge de 11 ans alors qu’il était pris en charge par les Or­phe­lins d’Au­teuil. Un crime ori­gi­nel qu’il n’au­rait eu de cesse de vou­loir ven­ger. « Vaut mieux être un cu­ré qui se tape des gosses, qu’un Gosse qui se tape des cu­rés », dé­plo­rait-il pour sa dé­fense en 2010, lors de l’un de ses nom­breux pro­cès.

Pas plus tard qu’en fé­vrier der­nier, Mi­chel Gosse, in­car­cé­ré, avait d’ailleurs été re­ju­gé à Pa­ris pour 21 es­cro­que­ries du même type. A ses cô­tés : Ja­cky Bau­det, an­cien co­dé­te­nu de­ve­nu son émule à force de le voir of­fi­cier té­lé­phone à l’oreille. Ke­vin, son propre fils, a donc lui aus­si bé­né­fi­cié des en­sei­gne­ments de son pa­ter­nel. Dès son ado­les­cence, il fut ain­si mis à contri­bu­tion, char­gé no­tam­ment de la col­lecte des fonds frau­du­leu­se­ment ac­quis. En­suite, « mon fils a pris la re­lève ! » as­su­rait lors d’une de ses gardes à vue Mi­chel Gosse, se­lon le quo­ti­dien « Pa­ris-Nor­man­die ». Le même re­gret­tait de l’avoir en­traî­né dans « [s]es conne­ries ».

« Ces prêtres étaient âgés, et ne pou­vaient se sou­ve­nir de tous ceux qu’ils avaient unis »

@ni­co­jac­quard

Ke­vin Gosse pro­fi­tait de l’âge avan­cé des prêtres qu’il es­cro­quait en leur fai­sant croire qu’il était un an­cien pa­rois­sien dans le be­soin, et en ap­pe­lant à la cha­ri­té chré­tienne, par chèque ou man­dat cash (pho­to d’illustration).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.