« Be­soin de ces mo­ments d’uni­té »

Fran­çois Hol­lande,

Aujourd'hui en France - - LA UNE - Rio (Bré­sil) De l’un de nos en­voyés spé­ciaux PHI­LIPPE MARTINAT

AR­RI­VÉ HIER MA­TIN à Rio, le pré­sident fran­çais a pré­vu de res­ter qua­rante- huit heures au Bré­sil. Après un dé­jeu­ner avec la dé­lé­ga­tion fran­çaise, une ren­contre avec plu­sieurs membres du CIO et un dî­ner avec Tho­mas Bach, son pré­sident, pour dé­fendre la can­di­da­ture de Pa­ris aux Jeux de 2024, il fe­ra par­tie de la qua­ran­taine de chefs d’Etat ou de gou­ver­ne­ment pré­sents, ce soir, à la cé­ré­mo­nie d’ou­ver­ture. Dans l’avion qui l’em­me­nait au Bré­sil, Fran­çois Hol­lande nous a ac­cor­dé une in­ter­view olym­pique. Etait-il in­dis­pen­sable de ve­nir à Rio pour dé­fendre la can­di­da­ture de Pa­ris aux JO de 2024 ? FRAN­ÇOIS HOL­LANDE. Les Jeux olym­piques et pa­ra­lym­piques sont un en­jeu consi­dé­rable pour la France. Parce qu’or­ga­ni­ser un tel évé­ne­ment est à la fois une res­pon­sa­bi­li­té, un hon­neur et une chance. Il était de mon de­voir d’être ici pour ren­con­trer bon nombre de res­pon­sables du Co­mi­té in­ter­na­tio­nal olym­pique (CIO), en pre­mier lieu son pré­sident Tho­mas Bach, afin de les convaincre que Pa­ris est le meilleur choix. Je suis aus­si ici pour sou­te­nir les ath­lètes fran­çais, comme j’étais al­lé le faire à Londres en 2012. Nous avons été éprou­vés et nous avons be­soin de ces mo­ments d’uni­té et de ras­sem­ble­ment. La can­di­da­ture fran­çaise n’est-elle pas af­fai­blie par la vague de ter­ro­risme en France ? La ques­tion du ter­ro­risme est po­sée à t outes l es vi l l es can­di­dates. Au­cun pays n’est à l’abri. Ces der­niers mois, nous avons su ac­cueillir dans des condi­tions de très grande sé­cu­ri­té de grands évé­ne­ments in­ter­na­tio­naux comme l’Eu­ro, le Tour de France, Ro­land-Gar­ros et la COP 21. Certes, la me­nace est là, mais notre pays est pré­pa­ré pour y faire face. Nous dis­po­sons de moyens tech­no­lo­giques et hu­mains par­ti­cu­liè­re­ment re­con­nus, et qui peut dire où en se­ra le monde en 2024 ?

« L’ath­lète qui m’a le plus mar­qué dans ma jeu­nesse, c’est Alain Mi­moun, le cham­pion de ma­ra­thon en 1956 »

Dans ce contexte, la France peut ap­puyer sa can­di­da­ture sur les va­leurs olym­piques… Je ne veux pas uti­li­ser le contexte que nous connais­sons comme ar­gu­ment. Si Pa­ris ob­tient les JO, c’est parce que nous au­rons été ca­pables de pré­sen­ter le meilleur dos­sier à tous les points de vue. Les va­leurs de l’olym­pisme — la fra­ter­ni­té, le par­tage, la di­ver­si­té, la to­lé­rance — sont celles dont on a le plus be­soin au­jourd’hui face à la bar­ba­rie et l’obs­cu­ran­tisme. Sou­ve­nez-vous que les Jeux olym­piques ont été mar­qués dans leur his­toire par la vio­lence et le ter­ro­risme ou par un contexte po­li­tique lourd. Alors, il est très im­por­tant que ces va­leurs soient rap­pe­lées. Que re­pré­sentent les Jeux pour vous, per­son­nel­le­ment ? L’ath­lète qui m’a le plus mar­qué dans ma jeu­nesse, c’est Alain Mi­moun, le cham­pion de ma­ra­thon (NDLR : en 1956). Je l’ai re­vu plus tard car il était ins­tal­lé en Cor­rèze et jus­qu’à la fin de sa vie conti­nuait de cou­rir (Alain Mi­moun est mort le 27 juin 2013 à 92 ans). J’ai en­suite été pas­sion­né par les JO de Mexi­co en 1968, avec Co­lette Bes­son (cham­pionne olym­pique du 400 m) et la ma­ni­fes­ta­tion des sprin­teurs noirs sur le po­dium*. Mais pour re­ve­nir à au­jourd’hui, la dé­lé­ga­tion fran­çaise est la plus nom­breuse de l’his­toire des Jeux : 395 ath­lètes fiers de re­vê­tir le maillot de la France et d’of­frir des mé­dailles à notre pays avec Ted­dy Ri­ner, un im­mense cham­pion et notre porte-dra­peau. * Pour pro­tes­ter contre la sé­gré­ga­tion ra­ciale aux Etats-Unis, Tom­mie Smith et John Car­los sont mon­tés sur le po­dium du 200 m en chaus­settes noires et en le­vant un poing gan­té de noir.

Rio (Bré­sil), hier. Fran­çois Hol­lande est ve­nu en per­sonne dé­fendre la can­di­da­ture de Pa­ris aux JO de 2024. Il as­sis­te­ra no­tam­ment à la cé­ré­mo­nie d’ou­ver­ture des Jeux ce soir.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.