Phelps et Bolt, les deux géants

Aujourd'hui en France - - LA UNE - De l’un de nos en­voyés spé­ciaux E.B. (AVEC S.L.)

L ’ UN NAGE à l a vi t e s s e de l’éclair, l’autre court plus vite que la foudre. Les Jeux se suivent, les ath­lètes dé­filent dans les pal­ma­rès mais les noms de Mi­chael Phelps, 31 ans, et Usain Bolt, 29 ans, res­tent gra­vés en lettres d’or au som­met de l’Olympe. Les dé­ten­teurs de places pour le stade olym­pique (où se dé­rou­le­ront les épreuves d’ath­lé­tisme) ou le stade aqua­tique de Bar­ra (qui ac­cueille­ra la na­ta­tion) peuvent dé­jà s’ap­prê­ter à en­ca­drer leurs billets après avoir sa­vou­ré le spec­tacle. Même s i le Ja­maï­quain, qui pens ai t r an­ger ses pointes en 2017, laisse pl aner le doute sur une i mpro­bable par­ti­ci­pa- tion aux JO de To­kyo 2020, Rio mar­que­ra la fin d’une époque. Mais quelle époque ! Au pan­théon de Bolt, les marches se gra­vissent par trois. Le double re­cord­man du monde du 100 (9’’58) et 200 m (19’’19) reste sur deux tri­plés to­ni­truants à Pé­kin 2008 et Londres 2012 (sur 100, 200 et 4 x 100 m). Pas mal pour un ath­lète que l’on di­sait dé­jà sur la piste des­cen­dante avant les Jeux lon­do­niens… Mais un peu lé­ger cô­té mé­tal face à Phelps, Mon­sieur JO, les­té de 22 mé­dailles dont 18 d’or de­puis les Jeux d’Athènes en 2004. Re­cord ab­so­lu. De­puis quatre ans, Bolt dis­tille son ta­lent avec par­ci­mo­nie. Mais tou­jours la même ef f i ca­cit é. Sur l es di x- huit épreuves i nter­na­tio­nales qu’il a dis­pu­tées de­puis s ept ans, l ’ él ève de Glen Mills a rem­por­té dix-sept vic­toires. La 18e course, c’est son im­pro­bable faux dé­part en fi­nale du 100 m des Mon­diaux de Dae­gu en 2011. Qu’im­porte si ses r ecords du monde datent de 2009, il conti­nue d’en­chan­ter la pla­nète ath­lé de ses in­imi­tables mi­miques au rythme des tubes de Bob Mar­ley.

Ils sus­citent tou­jours la même ad­mi­ra­tion

Le pro­té­gé de Bob Bow­man, lui, pen­sait bien avoir ar­rê­té la mu­sique au soir du 4 août 2012 à l’Aqua­tics Cen­ter de Londres avec un ul­time sacre sur le 4 x 100 m 4 nages. Es­sayant de sor­tir de sa bulle en fré­quen­tant les greens de golf et les es­trades de confé­rences. Avant de re­ve­nir deux ans plus tard sa­vou­rer of­fi­ciel­le­ment l’odeur du chlore.

Pour les deux plus grandes stars des Jeux bré­si­liens, le che­min jus­qu’à Rio a été si­nueux. Per­tur­bé aux ar­ti­cu­la­tions en 2015, Bolt a connu quelques frayeurs aux ré­centes qua­li­fi­ca­tions ja­maï­quaines. Bles­sé au bi­ceps fé­mo­ral de la cuisse gauche en de­mi-fi­nale du 1 00 m, l e r oi Usai n a dû re­non­cer aux autres épreuves. Ras­su­ré après des soins à Mu­nich, il s’ali­gne­ra sur 100, 200 et 4 x 100 m dans le stade olym­pique.

Epar­gné par les bles­sures, Phelps, a dû af­fron­ter une sus­pen­sion de six mois par la Fé­dé­ra­tion amé­ri­caine pour ex­cès de vi­tesse et conduite en état d’ivresse l ’ an der­nier. Mais l’es­sen­tiel est sauf.

Les deux hommes se­ront bien pré­sents au ren­dez-vous et sus­citent tou­jours la même ad­mi­ra­tion chez les ath­lètes qu’ils croisent. « C’est quand même des lé­gendes, ex­plique le ten­nis­man Ni­co­las Ma­hut, qui vise l’or en double a v e c P i e r r e - Hugues Her b e r t . Quand tu aimes le sport, tu ne peux qu’être ex­ci­té d’avoir la chance de voir des mecs comme ça. »

Rio(Bré­sil), le 2 août. Mal­gré ses 22 mé­dailles dont 18 d’or, Mi­chael Phepbs, 31 ans, a en­core faim.

Londres (Royauyme-Uni), le 9 août 2012. Vic­to­rieux du 200 m aux der­niers JO, Usain Bolt compte bien en­core faire par­ler de lui à Rio.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.