In­cen­dies : alerte rouge dans le Sud et sur l’Ile de Beau­té

Aujourd'hui en France - - EN FRANCE - MARC LERAS

L’ALERTE IN­CEN­DIE est maxi­male avec des vents forts pré­vus jus­qu’à di­manche, mais l’en­semble de la flotte de bom­bar­diers d’eau Ca­na­dair est cloué au sol pour des vé­ri­fi­ca­tions après un in­ci­dent lun­di soir sur un ap­pa­reil en Corse, en l’oc­cur­rence la rup­ture du train d’at­ter­ris­sage droit. Les ré­sul­tats de l’ex­per­tise me­née par le Bu­reau enq u ê t e s a c c i d e n t s Dé f e n s e a i r (BEAD) se­ront connus au­jourd’hui et dé­ter­mi­ne­ront la re­prise ra­pide ou non des vols. Alors que les pom­piers s’at­tendent à faire face à « des ni­veaux de dan­ger ra­re­ment at­teints », le dis­po­si­tif pré­ven­tif a été ren­for­cé dès hier ma­tin, no­tam­ment sur les pour­tours de l’étang de Berre.

Pour faire face au risque, les 5 000 pom­piers des Bouches-duR­hône ont re­çu le ren­fort de deux co­lonnes ve­nues de Rhône-Alpes et de l’est de la France, soit 120 hommes, qui ont été dé­ployés et pré­po­si­tion­nés sur des en­droits stra­té­giques. Les ma­rins-pom­piers de Mar­seille sont eux aus­si sur le pied de guerre.

Mas­sifs fo­res­tiers in­ter­dits

En l’ab­sence des Ca­na­dair, huit Tra­cker et deux avions gros-por­teurs de type Dash 8 res­tent mo­bi­li­sés pour leurs mis­sions de « guet aé­rien ar­mé », en vue d’in­ter­ve­nir le plus ra­pi­de­ment pos­sible sur les dé­parts de feu. Les pom­piers dis­po­se­ront éga­le­ment d’un qua­trième hé­li­co­ptère bom­bar­dier d’eau, loué spé­cia­le­ment pour la pé­riode. Si be­soin, les flottes d’ap­pa­reils es­pa­gnols et ita­liens se­ront sol­li­ci­tées. « C’est la mo­bi­li­sa­tion gé­né­rale au s o l , c o n f i r me l ’ é t a t - maj o r d u Sdis 13. L’état de la vé­gé­ta­tion et les pré­vi­sions mé­téo­ro­lo­giques sur la force du mis­tral nous obligent à dé­ployer les grands moyens. »

Hier soir, la pré­fec­ture des Bou- ches-du-Rhône a par ailleurs dé­ci­dé d’in­ter­dire au­jourd’hui l’ac­cès pour tous à tous les mas­sifs fo­res­tiers. Se­lon Mé­téo France, les pluies pré­vues hier soir sur le dé­par­te­ment ne de­vraient pas être suf­fi­santes pour in­fluer sur l’état de sé­che­resse dé­cla­ré il y a plu­sieurs se­maines. Si­tua­tion qui a en­traî­né des me­sures de res­tric­tion d’uti­li­sa­tion de l’eau. De­puis le dé­but de la se­maine, les pom­piers sont dé­jà in­ter­ve­nus sur deux feux im­por­tants, à Mar­tigues et à Eguilles près d’Aixen-Pro­vence, qui ont dé­vas­té plu­sieurs di­zaines d’hec­tares.

Avec dé­jà 760 ha ra­va­gés dans le dé­par­te­ment des Bouches-du-Rhône, dont 400 ha pour le seul si­nistre du 15 juillet sur la Côte Bleue, le bi­lan des in­cen­dies en ce mi­lieu d’été est le plus im­por­tant de­puis cinq ans. Les causes sont connues : la sé­che­resse de la vé­gé­ta­tion, mais aus­si la pré­sence hu­maine dans les mas­sifs, avec des jets de mé­gots, des bar­be­cues mal éteints, des tra­vaux fo­res­tiers, ou bien de la mal­veillance. Un py­ro­mane, em­ployé mu­ni­ci­pal de 36 ans, a ain­si été ar­rê­té en juillet et mis en exa­men à Aix-en-Pro­vence. Il a re­con­nu être l’au­teur de trois dé­parts de feu et risque jus­qu’à quinze ans d’em­pri­son­ne­ment.

Si l’alerte in­cen­die est maxi­male en Paca et en Corse, les bom­bar­diers à eau Ca­na­dair ne quit­te­ront pas le tar­mac, et pour cause : ils sont tous en ré­vi­sion tech­nique suite à un in­ci­dent sur l’un des ap­pa­reils.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.