Adria­na en forme olym­pique

Aujourd'hui en France - - SPECTACLES ET TÉLÉVISION - RAPHAËL PORIER

ADRIA­NA KAREMBEU et Mi­chel Cymes se mettent à l’heure des JO, ce soir sur France 2. Le tan­dem est al­lé à la ren­contre de spor­tifs fran­çais en pleine pré­pa­ra­tion afin de per­cer les se­crets de leurs per­for­mances hors normes : Re­naud La­ville­nie ou Ch­ris­tophe Le­maitre y dé­voilent leurs tech­niques pour concré­ti­ser leur rêve de mé­daille. Dé­cryp­tage de l’ani­ma­trice Adria­na Karembeu, an­cien man­ne­quin, qui en pro­fite pour nous dé­li­vrer quelques pré­cieux conseils de re­mise en forme.

Le pa­tri­moine gé­né­tique. « Le pa­tri­moine gé­né­tique compte pour 65% dans la per­for­mance. Quelle que soit sa vo­lon­té, on ne peut pas dé­ci- der comme ça de de­ve­nir cham­pion olym­pique : il faut avoir la na­ture avec soi ! »

L’en­traî­ne­ment. « Cer­tains ath­lètes par­ti­cu­liè­re­ment doués ne percent pas parce qu’ils se re­posent sur leurs ac­quis, au contraire de spor­tifs moins doués au dé­part mais plus aptes à pro­gres­ser. C’est cette don­née que pri­vi­lé­gient les en­traî­neurs pour sa­voir si un spor­tif peut avoir un ave­nir olym­pique. Pour le grand pu­blic, le plus im­por­tant, c’est d’être ré­gu­lier : même si vous ne faites que vingt mi­nutes de sport par jour, il faut s’y te­nir. Par­ti­cu­liè­re­ment après 40 ans, où l’im­por­tant n’est plus d’avoir un beau cul, mais un bon coeur ! »

Le tra­vail in­vi­sible pour évi­ter les bles­sures. « Tra­vailler votre cein­ture ab­do­mi­nale ne vous ap­por­te­ra pas de com­pli­ments dans la rue, mais c’est in­dis­pen­sable pour évi­ter les bles­sures. Par­ti­cu­liè­re­ment dans les sports asy­mé­triques comme le saut à la perche ou le 110 m haies. Con­trac­tez votre ventre le plus sou­vent pos­sible. Pour moi, c’est presque de­ve­nu une ob­ses­sion : je le fais dès que je me lève, et à chaque fois que j’y pense au cours de la jour­née. C’est simple, il faut faire comme si vous de­viez ren­trer dans une robe trop ser­rée. » Des re­cords bien­tôt in­dé­pas

« De­puis trois gé­né­ra­tions, sables ? les spor­tifs s’en­traînent en moyenne trois fois plus qu’au­pa­ra­vant. C’est donc nor­mal que les re­cords tombent. Au­jourd’hui, un ath­lète de 13 ans court le 100 m en douze se­condes, soit aus­si vite que le pre­mier cham­pion olym­pique de la dis­ci­pline ! Con­trai­re­ment au foot­ball, où l’on pour­ra tou­jours chan­ger les règles — agran­dir les buts, par exemple —, il existe en ath­lé­tisme des li­mites qui sont celles du corps hu­main. Une étude ré­cente af­firme même que plus au­cun re­cord ne pour­ra être bat­tu d’ici une gé­né­ra­tion, à l’ho­ri­zon 2040. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.