« Ins­tau­rer le doute dans leur es­prit »

Ch­ris­tophe Jal­let,

Aujourd'hui en France - - SPORTS - Lyon (Rhône) De notre cor­res­pon­dant Pro­pos re­cueillis par AN­THO­NY FAURE Y.L.

VICE-CHAM­PION d’Eu­rope en juillet, Ch­ris­tophe Jal­let, l’ar­rière droit de l’OL, aborde avec am­bi­tion ce Tro­phée des cham­pions et la suite de la sai­son. L’an­cien joueur du PSG (2009-2014) conserve un oeil avi­sé sur le club fran­ci­lien et cultive se­crè­te­ment l’es­poir de bous­cu­ler le mas­to­donte pa­ri­sien avec Lyon, deuxième de L 1 en 2015 et en 2016. Comment l’OL aborde-t-il ce pre­mier choc face au PSG ? CH­RIS­TOPHE JAL­LET. Beau­coup mieux que la sai­son der­nière (NDLR : vic­toire du PSG 2-0). On était di­mi­nués après une pré­pa­ra­tion dif­fi­cile et des mau­vais ré­sul­tats lors des matchs ami­caux. Là, c’est dif­fé­rent. L’état de forme gé­né­ral est très bon et on a ac­cu­mu­lé de la confiance. On a eu la chance de ne pas avoir eu trop de mou­ve­ment au sein de l’ef­fec­tif. Il n’y a pas eu d’his­toires. Il y a beau­coup moins de ten­sion au­tour de l’équipe. Le PSG vient de chan­ger de coach, c’est peut-être le mo­ment idéal pour les jouer ? Euh… Vu leurs matchs de pré­pa­ra­tion, je ne di­rais pas ça ! (Rires.) Une rou­tine s’est ins­tal­lée au PSG. Les cadres sont tou­jours là, il y a une iden­ti­té de jeu très forte. La mé­thode est sans doute dif­fé­rente mais le jeu de base est là. Ils sont ro­dés. Et puis le nou­veau coach ap­porte sa touche per­son­nelle. Avez-vous été sur­pris par l’évic­tion de Laurent Blanc ? (Il ré­flé­chit.) Car­lo An­ce­lot­ti est par­ti après un titre, An­toine Kom­boua­ré a été li­mo­gé alors qu’il était en tête du cham­pion­nat. Des fois, il se passe des choses bi­zarres… Quand un en­traî­neur gagne tout, c’est vrai qu’on le li­moge ra­re­ment. Mais peut-être qu’ils étaient ar­ri­vés au bout d’un cycle, sans les ré­sul­tats es­pé­rés en Ligue des cham­pions. Sur une sai­son, c’est im­pos­sible de ri­va­li­ser avec Pa­ris ? Tout le monde dit que Pa­ris se­ra en­core cham­pion et c’est lo­gique. Pour nous, l’ob­jec­tif, c’est de faire mieux. Et faire mieux, c’est vi­ser la pre­mière place. C’est com­pli­qué mais on a le droit de rê­ver. Il faut gar­der ce rêve de titre dans un coin de notre tête. Ce Tro­phée des cham­pions peut aus­si être l’oc­ca­sion de mon­trer que le « pe­tit » Lyon a du ré­pon­dant… (Il sou­pire.) En­fin, le PSG est au­des­sus à tous les ni­veaux. Pour les battre, il faut être à 200 % et avoir un peu de réus­site. Mais il faut mon­trer qu’on a le ni­veau pour ba­tailler, pour ins­tau­rer le doute dans leur es­prit… Et après, qui sait ? Une ri­va­li­té s’est ins­tal­lée entre le PSG et l’OL au­jourd’hui, no­tam­ment en­tre­te­nue par Jean-Mi­chel Au­las… C’est im­por­tant pour l’at­trait du

« Le titre ? On a le droit de rê­ver »

cham­pion­nat que des équipes tentent de ri­va­li­ser avec le PSG. Lyon se dé­ve­loppe, avec un nou­veau stade, un nou­veau centre d’en­traî­ne­ment, les bé­né­fices sont à la hausse. Ce­la crée une pe­tite ani­ma­tion ex­tra­spor­tive entre les pré­si­dents, his­toire de faire un peu mon­ter la sauce. (Rires.) Bor­deaux semble s’in­té­res­ser à votre pro­fil. Qu’en est-il ? En avril, j’ai pro­lon­gé mon contrat avec l’OL jus­qu’en 2018. Je ne pense pas que le club ait en­vie de se sé­pa­rer de moi, et moi, je n’ai pas en­vie de par­tir. Une très belle sai­son s’an- nonce à Lyon. Bor­deaux, pour­quoi pas un jour, mais pas main­te­nant. Un mois après, quel sou­ve­nir gar­dez-vous de l’Eu­ro ? La dé­cep­tion a été im­mense. Pen­dant une se­maine, ça a vrai­ment été dur à di­gé­rer. Après, on re­la­ti­vise, on re­trouve ses proches et on se dit que c’est dé­jà beau d’avoir fait rê­ver un pays. L’aven­ture a été ex­cep­tion­nelle. On au­ra tou­jours un pe­tit pin­ce­ment au coeur mais quelle émo­tion, quelle fier­té d’avoir joué une telle com­pé­ti­tion en France ! C’est in­des­crip­tible. Les tweets d’Au­las exas­pèrent Pa­ris Le PSG a adres­sé un mail à Di­dier Quillot, le di­rec­teur gé­né­ral de la Ligue (LFP), pour se plaindre des tweets de Jean-Mi­chel Au­las, comme l’a dé­voi­lé hier «France Foot­ball». Dans son cour­rier, le club a de­man­dé quelles dis­po­si­tions la Ligue comp­tait prendre en ré­ponse aux mes­sages du pré­sident lyon­nais, qui a no­tam­ment twee­té : « Le dum­ping fi­nan­cier tue la com­pé­ti­tion. L’ex­cès d’ar­gent du PSG tue l’aléa spor­tif. Comment es­pé­rer ga­gner de­main ? » Di­dier Quillot a ré­pon­du que la LFP n’était pas ha­bi­li­tée à étu­dier des sanc­tions dans le cadre de tweets ou de dé­cla­ra­tions hors com­pé­ti­tion. Cette plainte de­vrait ame­ner la LFP à évo­quer la ques­tion lors du pro­chain con­seil d’ad­mi­nis­tra­tion, le 1er sep­tembre. Les re­trou­vailles entre Au­las et Al-Khe­laï­fi (dont la pré­sence n’est pas confir­mée) s’an­noncent gla­ciales.

Dé­cines (Rhône), le 4 août. Le la­té­ral lyon­nais Ch­ris­tophe Jal­let es­time que Lyon est dans de meilleures condi­tons pour battre le PSG ce soir au Tro­phée des cham­pions.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.