Bien

Aujourd'hui en France - - AUTOUR DES JEUX - Ka­rim La­ghouag, ca­va­lier de com­plet ERIC MI­CHEL

liers qui avons une an­goisse à leur place, s’in­quiète Ka­rim La­ghouag, le ca­va­lier de com­plet. On a peur qu’ils se cognent. Dans ce cas, il n’y a plus de com­pé­ti­tion. » Contrai­re­ment à nous, le che­val ne souffre pas du dé­ca­lage ho­raire. « Il fait de pe­tits cycles de som­meil et réc upère e n quelques heures. On s’aper­çoit qu’il est per­tur­bé quand il a faim à une heure in­ha­bi­tuelle, mais c’est tout », en­chaîne Ro­ger-Yves Bost, ca­va­lier de sauts d’obs­tacles.

Sur place, la ca­va­le­rie a re­joint les écu­ries de Deo­do­ro par ca­mion. Les che­vaux d’obs­tacles valent des for­tunes (10 M€ pour les meilleurs) et at­tirent les convoi­tises. « Les rapts, nous y avons pen­sé mais Deo­do­ro

« C’est nous les ca­va­liers qui avons une an­goisse à leur place »

est au mi­lieu d’un ter­rain mi­li­taire ul­tra sé­cu­ri­sé. A ma connais­sance, ja­mais un che­val n’a dis­pa­ru d’une grande com­pé­ti­tion. » Le risque sa­ni­taire est plus i mpor t a n t . A l’au­tomne, une épi­dé­mie de morve, une ma­la­die in­fec­tieuse mortelle, a pla­né sur le bien-fon­dé des épreuves équestres au Bré­sil.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.