Le sec­teur lai­tier éga­le­ment sous ten­sion

Aujourd'hui en France - - ACTUALITÉ - S.E.

« LAC­TA­LIS VO­LEURS. » « Lac­ta­lis ruine les éle­veurs. » Une cen­taine de pro­duc­teurs lai­tiers ont ma­ni­fes­té ven­dre­di de­vant le site Lac­ta­lis de Sainte-Cé­cile (Manche) pour pro­tes­ter contre le prix du lait payé par le nu­mé­ro un mon­dial du lait (pro­prié­taire des marques Lac­tel et Pré­sident). La di­rec­tion ayant re­fu­sé de ve­nir dis­cu­ter de­hors, de­vant l’en­semble des ma­ni­fes­tants, ces der­niers ont dé­ver­sé trois re­morques de dé­tri­tus de­vant les grilles de la lai­te­rie, avant d’y mettre le feu. Ils ont en­suite re­mis à Lac­ta­lis le tro­phée du lau­réat « qui paie le prix le plus bas ».

Sur­pro­duc­tion et cours trop bas

En cause, le prix payé (près de 26 € la tonne) par le groupe agroa­li­men­taire. « Pour le mois d’août, le prix an­non­cé par Lac­ta­lis pour la Basse-Nor­man­die at­teint 213,75 € pour 1 000 l, aux­quels s’ajoute un im­pact né­ga­tif de la flexi­bi­li­té de 9,18 € pour 1 000 l et un com­plé­ment de 48,37 € pour 1 000 l oc­troyé gé­né­reu­se­ment par la lai­te­rie ! Pen­dant ce temps, les autres lai­te­ries nor­mandes af­fichent un prix de base com­pris entre 270 et 310 € pour 1 000 l », dé­nonce l’Or­ga­ni­sa­tion des pro­duc­teurs Nor­man­die Centre (OPNC) se­lon la­quelle « si la si­tua­tion n’évo­lue pas, une grande par­tie des pro­duc­teurs de lait li­vrant au groupe Lac­ta­lis dis­pa­raî­tront à la fin de l’an­née 2016 ».

La rai­son de ces prix bas (ils le sont en­core da­van­tage en Al­le­magne ou aux Pays-Bas) ? La sur­pro­duc­tion pro­vo­quée par la fin des quo­tas lai­tiers, en avril 2015, chaque pays membre de l’Union eu­ro­péenne étant dé­sor­mais libre de pro­duire la quan­ti­té de lait qu’il sou­haite.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.