Les pe­tits pa­trons, de sa­crés ran­don­neurs

EN­TRE­PRISES. Les pe­tits pa­trons plé­bis­citent la pra­tique spor­tive de la ran­don­née, se­lon une en­quête du ca­bi­net de conseil et de comp­ta­bi­li­té Fi­du­cial.

Aujourd'hui en France - - ACTUALITÉ - MAT­THIEU PELLOLI

ON SAIT BEAU­COUP de choses sur les pa­trons de très pe­tites en­tre­prises, les TPE (moins de 10 sa­la­riés). Qu’ils ac­quittent un taux d’im­pôt sur les so­cié­tés à 15 %, qu’ils ont pro­fi­té (pas as­sez à leur goût) du crédit d’im­pôt pour la com­pé­ti­ti­vi­té et l’em­ploi (CICE) et qu’ils sou­hai­te­raient la dis­pa­ri­tion de la contri­bu­tion so­ciale de so­li­da­ri­té des so­cié­tés (C3S). En re­vanche, on sait moins qu’ils aiment par­cou­rir des ki­lo­mètres à pied et user leurs sou­liers sur les sen­tiers de grande ran­don­née. C’est l’éton­nant ré­sul­tat du ba­ro­mètre Fi­du­cial des TPE.

Alors que vient d’être don­né le coup d’en­voi des Jeux olym­piques de Rio, l’en­quête tri­mes­trielle du ca­bi­net de comp­ta­bi­li­té et de conseil s’est in­té­res­sée au rap­port qu’en­tre­tiennent les pe­tits pa­trons avec le sport. Se­lon cette en­quête dé­voi­lée par notre jour­nal, près de 6 chefs d’en­tre­prise sur 10 (58 %) pra­tiquent un sport au moins une fois par se­maine. Cô­té sport pré­fé­ré, le foot­ball ar­rive lar­ge­ment en tête (15 %), sui­vi par la ran­don­née (10 %). Et cô­té pra­tique spor­tive, le foo­ting dé­croche la pre­mière marche du po­dium (55 %), sui­vi par la ran­don­née (46 %), la na­ta­tion (33 %) et le cy­clisme (32 %). Bref : la ran­do dé­croche une double mé­daille d’ar­gent.

Ses bien­faits ? Qui de mieux qu’un chef d’en­tre­prise pour ré­pondre à cette ques­tion ? « Un pe­tit pa­tron, qui a tou­jours en tête de faire tour­ner son en­tre­prise, peut en­fin lâ­cher prise quand il a fait les la­cets de ses chaus­sures de ran­do », in­siste Vincent Fages, le di­rec­teur de l’Au­berge des mon­tagnes à Pail­he­rols (Can- tal). Lui ar­pente ré­gu­liè­re­ment les sen­tiers des vol­cans d’Au­vergne : « Je ne me lasse pas d’al­ler sur mes mon­tagnes. Là-haut, je peux tout ou­blier et re­ve­nir à l’es­sen­tiel, me lais­ser en­va­hir par les élé­ments »… plu­tôt que par les lignes de comptes.

Afin de faire par­ta­ger sa pas­sion aux clients de son au­berge, Vincent Fages a même re­ta­pé le bu­ron, « l’an­cienne ferme d’es­tive dans la mon­tagne où l’on fa­bri­quait le sa­lers, un fro­mage lo­cal ». L’ex-ruine est dé­sor­mais un gîte su­perbe où il conduit les ran­don­neurs, comme lui, pour une nuit en pleine na­ture.

D’une fa­çon plus gé­né­rale, la santé (98 %), le plai­sir (96 %) et la dé­tente (95 %) ap­pa­raissent en tête de liste des mo­ti­va­tions des pe­tits pa­trons qui dé­cident d’al­ler suer et éli­mi­ner leurs toxines. D’ailleurs, il faut croire que le sport — et la ran­don­née, no­tam­ment — dope éga­le­ment la santé psy­chique des pe­tits en­tre­pre­neurs ! Le ba­ro­mètre Fi­du­cial des TPE fait éga­le­ment ap­pa­raître un mo­ral en forte hausse des pe­tits pa­trons.

L’op­ti­misme dans le cli­mat gé­né­ral des af­faires pro­gresse de 13 points, pas­sant ain­si de 19 % à 32 % en l’es­pace de trois mois. Une chance pour tous ces grands spor­tifs : le mois d’août qui s’an­nonce se­ra char­gé en ex­ploits po­ten­tiels. Du moins de­vant… leur poste de té­lé­vi­sion : 65 % des di­ri­geants de TPE en­vi­sagent de suivre les Jeux olym­piques de Rio (ils sont 73 % à avoir sui­vi l’Eu­ro de foot­ball, 42 % Ro­land-Gar­ros et 33 % le Tour de France).

Plus op­ti­mistes qu’il y a trois mois

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.