Un en­fant se noie sur une plage d’Olé­ron

Aujourd'hui en France - - ACTUALITÉ - SÉBASTIEN THO­MAS

SAFWAN* s’ est pro­ba­ble­ment noyé. Ce gar­çon de 9 ans, ori­gi­naire de Bo­bi­gny (Seine-Saint-De­nis), a dis­pa­ru, ven­dre­di après-mi­di vers 15 h 40, lors d’une bai­gnade en mer sur la plage de Gat­seau, à Saint-Tro­jan, dans le sud de l’île d’Olé­ron (Cha­rente-Ma­ri­time), alors qu’il se bai­gnait avec ses ca­ma­rades au cours d’un sé­jour en co­lo­nie de va­cances.

« L’en­ca­dre­ment as­su­ré par trois ani­ma­teurs sem­blait suf­fi­sant pour un groupe de 23 en­fants, dont 16 étaient dans l’eau », a ex­pli­qué So­raya Ah­ras, sub­sti­tute du pro­cu­reur de La Rochelle, qui pré­cise que les en­fants ont ra­pi­de­ment été sor­tis de l’eau lorsque le per­son­nel a dé­cou­vert la pré­sence de forts cou­rants : « Deux en­fants ont été ra­pi­de­ment en dif­fi­cul­té et se sont ap­puyés sur une des ani­ma­trices qui elle-même a été sur­prise par la force du cou­rant. » Pour au­tant, la bai­gnade n’était pas consi­dé­rée comme dan­ge­reuse et « les condi­tions de sé­cu­ri­té sem­blaient op­ti­males », se­lon la sub­sti­tute du pro­cu­reur. Cette pre­mière dif­fi­cul­té, a-t-elle en­core ex­pli­qué, a mo­ti­vé « le re­tour de tous les en­fants sur la plage sur ins­truc­tion du sur­veillant de bai­gnade ». Ce n’est qu’à la sor­tie de l’eau que les ani­ma­teurs se sont ren­du compte de l’ab­sence d’un en­fant « qui n’avait pas été si­gna­lé comme en dan­ger ».

Le maire de Bo­bi­gny s’est ren­du sur place

Même si l’ex­pé­rience des ani­ma­teurs n’est pas re­mise en cause, le par­quet a dé­ci­dé d’ou­vrir une en­quête pour ho­mi­cide in­vo­lon­taire afin de com­prendre ce qui s’est pas- sé. En fin de jour­née, il a éga­le­ment mis fin à tout es­poir de re­trou­ver vi­vant le pe­tit Safwan, fai­sant part de té­moi­gnages de va­can­ciers ayant vu l’en­fant em­por­té par le cou­rant.

Dès l’an­nonce de la dis­pa­ri­tion, le centre ré­gio­nal opé­ra­tion­nel de sur­veillance et de sau­ve­tage (Cross) avait dé­ployé d’im­por­tants moyens de re­cherches avec deux hé­li­co­ptères, deux ve­dettes et une em­bar­ca­tion de pom­piers tan­dis que des gen­darmes pa­trouillaient sur terre.

La mai­rie de Bo­bi­gny (Sei­neSaint-De­nis) a été aler­tée ra­pi­de­ment ven­dre­di en fin d’après-mi­di. « Nous avons ren­con­tré la fa­mille pour la pré­ve­nir, puis nous avons pris un billet de train afin que les deux pa­rents puissent se rendre sur place », dé­taille le ca­bi­net du maire. Hier ma­tin, cinq ani­ma­teurs de Bo­bi­gny et de Noi­sy-le-Sec, villes d’où sont ori­gi­naires la cin­quan­taine d’en­fants de la co­lo­nie, ont été dé­pê­chés sur l’île d’Olé­ron. « De­vant un tel drame, il fal­lait ras­su­rer les en­fants en leur per­met­tant de voir des fi­gures fa­mi­lières, sou­ligne Stéphane de Pao­li, le maire UDI de Bo­bi­gny, qui s’est ren­du éga­le­ment sur place. Nous es­sayons de tout faire pour ai­der la fa­mille en ce mo­ment dif­fi­cile et nous pren­drons en charge les dé­penses qui s’im­posent. »

Une cel­lule psy­cho­lo­gique, com­po­sée de deux mé­de­cins, s’est ra­pi­de­ment mon­tée. L’en­semble des en­fants va être ra­me­né dans les deux com­munes, pro­ba­ble­ment en dé­but de se­maine. Une autre cel­lule psy­cho­lo­gique se­ra ou­verte à Bo­bi­gny pour ac­cueillir les en­fants et les pa­rents qui le sou­haitent. * Le pré­nom a été chan­gé.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.