Le rêve bri­sé d’Aït Saïd

Aujourd'hui en France - - EN FRANCE - STÉPHANE BIANCHI

rais lui mon­trer que ce n'est pas parce qu'il est chez lui, que je le lais­se­rai ga­gner. »

Trans­fé­ré en ur­gence dans un hô­pi­tal de Rio, Aït Saïd n'en n'au­ra pas l'oc­ca­sion. « Je souffre d'une frac­ture de la jambe qui né­ces­si­te­ra une opé­ra­tion, a-t-il fait sa­voir de son lit d'hô­pi­tal. Mais je re­vien­drai en­core plus fort pour al­ler cher­cher l'or olym­pique à Tokyo en 2020. » In­utile d'en dou­ter tant ce fils de ju­do­ka est un bat­tant. An­cien pra­ti­quant de boxe thaï, de ju­jit­su bré­si­lien, Aït Saïd est un dur au mal qui aime mettre ré­gu­liè­re­ment les gants avec son ami Thi­bault Col­leuil, cham­pion de MMA. Une ac­ti­vi­té bien éloi­gnée de l'uni­vers plus dé­li­cat de la gym­nas­tique. Mais un sport de com­bat dans le­quel, il ex­ploite au mieux sa force, sa sou­plesse et sa vi­tesse d'exé­cu­tion dès lors qu'il a sai­si son ad­ver­saire. « A tel point que mon rêve est d'en­trer dans la cage et de faire au moins un com­bat après ma car­rière. » Pour l'heure, c'est un autre com­bat qui at­tend Sa­mir Aït Saïd.

Rio Olym­pique Are­na, hier. Sa­mir Aït Saïd a été vic­time d’une frac­ture de la jambe lors de son pre­mier saut.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.