Kla­gen­furt n’a pas fait re­cette

Aujourd'hui en France - - SPORTS - Kla­gen­furt B.M. AVEC Y.L.

DRÔLE D’AM­BIANCE pour un match de ga­la ! Si l’af­fiche du Tro­phée des cham­pions était la plus al­lé­chante pos­sible avec ce choc entre le cham­pion en titre et son dau­phin, la ren­contre n’a pas fait re­cette. Et de loin. Choi­si par la Ligue na­tio­nale (LFP), le stade de Kla­gen­furt, dans le sud de l’Au­triche, avait été pré­fé­ré aux pro­po­si­tions du Por­tu­gal, de la Tur­quie ou de l’Aus­tra­lie. Il a son­né très creux.

Un peu plus de 12 000 per­sonnes avaient pris place dans une en­ceinte qui peut en ac­cueillir 32 000. Une af­fluence qui a ému la LFP, la­quelle n’a pas tar­dé à ci­bler la so­cié­té or­ga­ni­sa­trice au­tri­chienne, IFCS, cou­pable à ses yeux d’avoir ra­té son coup.

Les 60 sup­por­teurs lyon­nais à avoir ef­fec­tué le dé­pla­ce­ment de douze heures en bus de­puis la ca­pi- tale des Gaules ont bien ten­té de mettre de l’am­biance, mais leurs louables ten­ta­tives — y com­pris un amu­sant es­sai de clap­ping is­lan­dais ! — n’ont eu comme ré­ponse que l’écho de leurs en­cou­ra­ge­ments…

Ce manque d’en­goue­ment était dé­jà per­cep­tible dans la jour­née. Sur la Neuer Platz si­tuée au coeur de la vieille ville de Kla­gen­furt, le « Lind­wurm­sage », cette sta­tue de dra­gon qui crache in­las­sa­ble­ment son eau de­puis la fin du XVIe siècle, n’a pas été di­ver­ti sou­vent par les Fran­çais. Il faut dire qu’au­cun dé­pla­ce­ment n’était or­ga­ni­sé de­puis la ca­pi­tale et qu’il fal­lait être sa­cré­ment mo­ti­vé pour se lan­cer dans ce pé­riple un sa­me­di 6 août…

Un au­to­graphe de Klui­vert

Les cou­leurs du PSG n’étaient pour­tant pas ab­sentes du Wör­ther­see Sta­dion mais tou­jours af­fi­chées sur des épaules… au­tri­chiennes. « On est sup­por­teurs du PSG de­puis quelques an­nées, ex­plique An­dré, ac­com­pa­gné de son fils vê­tu de rouge et bleu des pieds à la tête. On suit leurs par­cours en Ligue des cham­pions. On es­père d’ailleurs qu’ils vont la ga­gner cette an­née. »

Un peu plus bas, deux ado­les­cents at­tendent la sor­tie des joueurs et en pro­fitent pour ré­cu­pé­rer un au­to­graphe de Patrick Klui­vert, le nou­veau di­rec­teur du foot­ball. Dans leurs dos s’étalent les onze lettres… d’Ibra­hi­mo­vic ! « J’ai dé­cou­vert et ai­mé Pa­ris grâce à lui, sou­rit Dra­gan, ha­bi­tuel sup­por­teur de Sturm Graz. C’est la pre­mière fois que je vois Pa­ris jouer en vrai. C’est dom­mage que Zla­tan soit par­ti… Mais j’aime aus­si beau­coup Da­vid Luiz. Donc je vais chan­ter pour lui. » On n’a ja­mais en­ten­du le jeune homme de 17 ans.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.