Des sni­peurs sur les toits de Rois­sy

Aujourd'hui en France - - LE FAIT DU JOUR - Ch­ris­tophe Blon­del, se­cré­taire gé­né­ral de la pré­fec­ture char­gé d’as­su­rer la sû­re­té aé­ro­por­tuaire de CDG et du Bour­get MAT­THIEU PELLOLI

3 247 HEC­TARES, deux gares RER et une gare TGV : sur le pa­pier, sé­cu­ri­ser l’aé­ro­port de Pa­ris-Charles-deGaulle (CDG) est un cau­che­mar de pré­fet dans une France han­tée par la me­nace ter­ro­riste. C’est pour­tant la mis­sion de Ch­ris­tophe Blon­del, se­cré­taire gé­né­ral de la pré­fec­ture ins­tal­lé sur le site pour as­su­rer la sû­re­té aé­ro­por­tuaire de CDG et du Bour­get. « Les pro­blé­ma­tiques de sû­re­té, je connais­sais dé­jà ! » sou­rit ce qua­dra­gé­naire pas­sé par l’état-ma­jor de l’ad­mi­nis­tra­tion pé­ni­ten­tiaire. Ar­ché­type du ser­vi­teur de l’Etat dé­voué à sa mis­sion, Blon­del n’est pas du genre à dra­ma­ti­ser pour at­ti­rer sur lui les pro­jec­teurs : « L’état d’ur­gence ? De­puis l’in­ter­ven­tion au Ma­li, nous étions presque au maxi­mum de ce qu’on peut faire… »

Cô­té voya­geurs, l’im­pres­sion est pour­tant « fla­grante » que « la sé­cu­ri­té est mon­tée d’un cran ». Dans l’aé­ro­gare 2E — celle du hub Air France —, pa­trouilles de po­lice et mi­li­taires en treillis, fu­sil d’as­saut Fa­mas à l’épaule, mul­ti­plient les al­lers-re­tours. Ce qui ras­sure la plu­part des v a c a n c i e r s ma i s e n e x a s p è r e d’autres. « J’ai l’im­pres­sionm­pres­sion de vivre dans une dic­ta­ture ta­ture mi­li­taire », sou­pire e ain­si Ch­ris­tophe.

Il y a les me­su­resres vi­sibles… et cel­leses plus dis­crètes. Sni- peurs sur les toits, , 4 x 4 blin­dé avec équi­page lour­de­ment ar­mé prêt à in­ter­ve­nir sur les s pistes, agents en ci­vil de la po­lice aux x fron­tières qui eff­fec­tuent « de l’anaa- lyse com­porte- men­tale » (dé­tecc­tion des in­di­vi­dus sus­pects), ef­fec­tifs de la di­rec­tion du ren­sei­gne­ment au­to­ri­sés « à faire des fi­la­tures »…

« Le risque est per­ma­nent et la me­nace im­pré­vi­sible », sou­pire Ch­ris­tophe Blon­del. Au PC sé­cu­ri­té du ter­mi­nal, des agents d’ADP (Aé­ro­ports de Pa­ris) scrutent en per­ma­nence des di­zaines d’écrans (9 000 ca­mé­ras

de vi­déo­sur­veilla veillance, contre 1 000 e en 2001). Si­lence e et concen­tra­tion 24 heures sur 24. Le dan­ger peut al­lerll « de quel­qu’un blo­qué dans un as­cen­seur » à « quelque chose de beau­coup plus grave, qu’il faut sa­voir vite re­pé­rer », ex­plique un res­pon­sable sans em­ployer le mot « ter­ro­riste ». Mais beau­coup y pensent… « J’en­re­gistre mon ba­gage et je file en salle d’em­bar­que­ment, avoue une jeune voya­geuse. Mon but est de res- ter le moins long­temps pos­sible en zone pu­blique. »

La pré­fec­ture a dé­jà pro­non­cé « deux dé­ci­sions d’in­ter­dic­tion de pa­raître ». En clair : des in­di­vi­dus ban­nis de l’aé­ro­port. L’un d’eux a ré­cem­ment lan­cé son sac à dos en hur­lant qu’il était rem­pli d’ex­plo­sifs. Bi­lan ? Une équipe de dé­mi­neurs mo­bi­li­sée pour rien plu­sieurs heures. Oui, l’état d’ur­gence rend les gens ner­veux : un chauf­feur de taxi est al­lé conduire… à la po­lice deux clients qui fai­saient bruyam­ment leur prière ! La pré­fec­ture vient de re­fu­ser le tour­nage d’un clip de rap. « Il au­rait fal­lu contrô­ler le ma­té­riel et mo­bi­li­ser l’équipe cy­no­phile, ex­plique Ch­ris­to- phe Blon­del. Je pré­fère concen­trer po­li­ciers et gen­darmes sur leur mis­sion de sû­re­té. » Même trai­te­ment pour les foot­bal­leurs du PSG, par­tis ven­dre­di pour le Tro­phée des cham­pions — « l’ins­pec­tion des joueurs a été faite à leur hô­tel, c’est moins pra­tique pour eux, mais ça mo­bi­lise moins de fonc­tion­naires » — ou pour la dé­lé­ga­tion fran­çaise des JO.

Le groupe Pa­ris Aé­ro­port, qui peut en­re­gis­trer jus­qu’à 600 000 dé­parts par jour, fait de son mieux pour di­mi­nuer la ten­sion am­biante avec… des pia­nos en ac­cès libre et des cours de yo­ga les week-ends de dé­parts.

« Le risque est per­ma­nent et la me­nace im­pré­vi­sible »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.