« Avec son frère, tout est plus fort »

Ni­ko­la Ka­ra­ba­tic,

Aujourd'hui en France - - FAITS DIVERS - Rio S.B.

POUR EUX, le rêve olym­pique est né il y a long­temps dé­jà. Mais dans la tête de l’un comme de l’autre, il ne pou­vait se par­ta­ger. « Ni­ko fai­sait du hand et moi je jouais au ten­nis, un sport qui à l’époque n’était pas olym­pique, dit Lu­ka. Il n’y avait donc a prio­ri au­cune chance pour qu’on fasse les Jeux en­semble un jour ! » Le re­tour, en 2007, de « l’éga­ré » des Ka­ra­ba­tic (- 4/6 en ten­nis à 19 ans) dans le droit che­min de la tra­di­tion fa­mi­liale a chan­gé la donne. Fi­na­le­ment, c’est sous le maillot de l’équipe de France de hand­ball que Ni­ko­la (31 ans) et son ca­det (28 ans) par­ti­ci­pe­ront à leurs pre­miers JO com­muns à Rio. « Pour n’im­porte quel spor­tif, les Jeux, c’est dé­jà un abou­tis­se­ment, sou­rit Lu­ka. Mais quand on a en plus la chance de les faire avec son frère, c’est le rêve ul­time. »

Su­pers­ti­tieux, les fran­gins se re­fusent néan­moins à an­ti­ci­per les fris­sons qu’ils pour­raient par­ta­ger au Bré­sil. « Avant de se qua­li­fier, on se di­sait sou­vent que ce se­rait su­per de les faire en­semble, sou­rit Ni­ko­la. Mais dès lors qu’on a su qu’on y al­lait, on a très vite ar­rê­té d’en par­ler, on ne veut pas que ça nous porte le mau­vais oeil. » Reste que, pour le vivre au quo­ti­dien avec son ca­det sous le maillot du PSG, l’aî­né de la fa­mille sait de quoi il parle : « Avec son frère, tout est plus fort, les émo­tions sont dé­cu­plées quand elles sont par­ta­gées avec quel­qu’un du même sang. Les vic­toires sont plus belles, mais les dé­faites sont aus­si plus dou­lou­reuses. C’est un sen­ti­ment hor­rible que de ne pas réus­sir à ame­ner son frère avec soi vers le titre. »

Au­cun des deux, bien sûr, n’en­vi­sage de vivre pa­reil scé­na­rio sur les par­quets de Rio. Au contraire. Après avoir par­ta­gé l’or de Pé­kin avec son père au té­lé­phone — « J’ai me­su­ré toute sa fier­té quand je l’ai en­ten­du en larmes à l’autre bout du fil » —, ce­lui de Londres avec sa mère, La­la, en tri­bune, Ni­ko­la n’a d’autre idée en tête que de dé­cro­cher ce­lui de Rio avec son frère à ses cô­tés. Et de faire en­trer cette équipe dans l’his­toire en de­ve­nant les pre­miers Fran­çais à se pa­rer d’or trois fois d’af­fi­lée.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.