Ils marchent tous pour Po­ké­mon Go

PHÉ­NO­MÈNE. Il a dé­bar­qué en France le 24 juillet. De­puis, le jeu Po­ké­mon Go a sé­duit des mil­lions d’adeptes et don­né nais­sance à un vé­ri­table bu­si­ness.

Aujourd'hui en France - - LE FAIT DU JOUR - MARC LOMAZZI

IM­POS­SIBLE d’y échap­per ! De­puis le 24 juillet, date de leur dé­bar­que­ment en France, les Po­ké­mon Go ont en­va­hi nos rues, nos parcs, nos mo­nu­ments, trans­for­mant les adeptes en « dres­seurs » de bes­tioles mul­ti­co­lores. Drôle de jeu dé­ve­lop­pé par une start-up ca­li­for­nienne, Nian­tic, qui pousse les ados, voire leurs pa­rents, à dé­am­bu­ler dans l’es­poir de cap­tu­rer Pi­ka­chu, Sa­la­mèche ou Ca­ra­puce.

Le phé­no­mène a vu émer­ger une com­mu­nau­té avec ses codes et son lan­gage fait d’arènes, de Po­kéS­top, de Po­ké­dex… En quelques se­maines, la fo­lie a tour­né à l’épi­dé­mie et la conta­mi­na­tion gagne du ter­rain. Se­lon deux son­dages ré­cents, 9 Fran­çais sur 10 en ont en­ten­du par­ler et 5 % d’entre eux ont té­lé­char­gé l’ap­pli, soit en­vi­ron 3 mil­lions de per­sonnes. Le coeur d’un bu­si­ness aux mul­tiples fa­cettes. Dé­jà, les marques surfent sur la vague (lire page 3).

Pour les moins jeunes, cette nou­velle fo­lie Po­ké­mon va ra­vi­ver de vieux sou­ve­nirs de cartes à col­lec­tion­ner que l’on s’échan­geait dans les cours de ré­cré et de ces heu- res pas­sées le nez col­lé à sa Game Boy. La nou­veau­té est que les créa­tures vir­tuelles s’in­vitent dans les rues et dans les parcs — ce que l’on ap­pelle la réa­li­té aug­men­tée — quand elles ne font pas in­tru­sion dans les ci­me­tières. On en a même vu à l’os­suaire de Douau­mont (mo­nu­ment à la mé­moire des sol­dats de Ver­dun) !

Tout n’est pas né­faste

Le phé­no­mène agace les néo­phytes mais n’a pas que de mau­vais cô­tés. Il oblige les joueurs à quit­ter leur ca­na­pé, à prendre l’air. Il a aus­si ses cô­tés sombres. « Cette ap­pli­ca­tion trans­forme la route et la rue en un im­mense ter­rain de jeu sans se sou­cier du dan­ger », se dé­sole-t-on à la Pré­ven­tion rou­tière. Alors faut-il ré­gle­men­ter la chasse au Po­ké­mon Go ? Des voix s’élèvent par­mi les po­li­tiques pour po­ser la ques­tion (lire ci­des­sous). Et des en­tre­prises, Thales par exemple, ont créé des zones in­ter­dites aux monstres qui pour­raient, si rien n’est fait, trou­bler la ren­trée sco­laire…

Ca­ra­puce.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.