Air France ob­tient le li­cen­cie­ment à l’ar­ra­ché

SO­CIAL. My­riam El Khom­ri a fi­na­le­ment va­li­dé le li­cen­cie­ment d’un syn­di­ca­liste im­pli­qué dans l’af­faire de la che­mise ar­ra­chée.

Aujourd'hui en France - - ÉCO­NO­MIE - Mi­guel For­tea, dé­lé­gué CGT-Air France DA­NIEL RO­SEN­WEG

LA MI­NISTRE DU TRA­VAIL a tran­ché et pris le risque de re­lan­cer l a guerre avec l a CGT. My­riam El Khom­ri a fi­na­le­ment va­li­dé hier le li­cen­cie­ment d’un dé­lé­gué CGT d’Air France ac­cu­sé d’avoir par­ti­ci­pé à l’épi­sode de la « che­mise ar­ra­chée » lors d’une ma­ni­fes­ta­tion qui avait dé­gé­né­ré, le 5 oc­tobre der­nier, à Rois­sy. Une dé­ci­sion aus­si­tôt qua­li­fiée de « re­van­charde » par le se­cré­taire na­tio­nal de la CGT, Phi­lippe Mar­ti­nez, dont le syn­di­cat a me­né la fronde contre le pro­jet de loi Tra­vail. La di­rec­tion d’Air France, elle, s’est re­fu­sée hier à tout com­men­taire.

For­cé­ment sai­sie en cas de li­cen­cie­ment d’un sa­la­rié pro­té­gé, l’ins­pec­tion du tra­vail avait, elle, re­fu­sé, en jan­vier der­nier, le li­cen­cie­ment pour faute lourde du re­pré­sen­tant du per­son­nel (CGT). La di­rec­tion d’Air France, qui avait dé­jà li­cen­cié quatre autres sa­la­riés, non pro­té­gés, im­pli- qués dans l’agres­sion de son di­rec­teur des res­sources hu­maines, Xa­vier Bro­se­ta, avait alors dé­po­sé un re­cours au­près de la mi­nistre du Tra­vail.

Hier, la dé­ci­sion est donc tom­bée, non sans ex­pli­ca­tions. « A l’is­sue d’une ana­lyse longue et mi­nu­tieuse, et sur la base des élé­ments por­tés au dos­sier, est-il in­di­qué dans le com­mu­ni­qué mi­nis­té­riel, il res­sort que la faute re­pro­chée est d’une gra­vi­té suf­fi­sante pour jus­ti­fier le li­cen­cie­ment du sa­la­rié pro­té­gé. » Et d’ajou­ter, comme pour mieux se jus­ti­fier : « Cette dé­ci­sion est co­hé­rente avec le li­cen­cie­ment des quatre autres sa­la­riés dont le cas n’est pas sou­mis à l’au­to­ri­sa­tion de l’ins­pec­tion du tra­vail. » En clair, c’est aus­si une ques­tion d’équi­té.

Se­lon Mi­guel For­tea, dé­lé­gué CGT- Air France, le dé­lé­gué va, comme il en a le droit, contes­ter son li­cen­cie­ment de­vant le tri­bu­nal ad­mi­nis­tra­tif. « La mi­nistre avait quatre mois pour ré­pondre, confie-t-il. Elle prend une dé­ci­sion contraire à celle de l’ins­pec­tion du tra­vail, sans élé­ment nou­veau, et en plus elle a dé­pas­sé le dé­lai lé­gal de ré­ponse, ce qui re­vient à re­fu­ser le l i cen­cie­ment » , conclut Mi­guel For­tea, qui évoque « une at­taque de plus contre la CGT ».

Le syn­di­cat in­vite donc ses adhé­rents à se ras­sem­bler le 27 sep­tembre de­vant le TGI de Bo­bi­gny (Sei­neSaint-De­nis) où les cinq sa­la­riés li­cen­ciés sont pour­sui­vis pour « vio­lence en réunion ».

« La mi­nistre prend une dé­ci­sion contraire à celle de l’ins­pec­tion du tra­vail »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.